La fin est proche

Plus que quelques jours et voilà ce long voyage de 3 mois se termine. Il est temps de revenir sur les réponses à ce petit jeu que je vous ai proposé .

1/ Mon avion à l’aller à Zurich avait du retard mais de combien de temps ?

Photo 1 : 4h de retard. Au début ils ont annoncé une heure, puis deux et après 4h et pour nous dire que l’avion actuel avait un gros problème technique et donc il fallait changer d’avion. Au final avec l’escale, j’ai attendu 6h à l’aéroport de Zurich. Je me rappelle j’avais faim et heureusement on a eu un bon pour manger.

2/ La station de train proche de mon appartement était super bien décorée pour les fêtes de l’été mais quelle est son nom ?

Photo 70 : Mon appartement était proche de la gare de Otsuka. J’ai adoré le quartier. La rue principal était animée avec pleins de petits restaurants et l’éclairage était sympa le soir. Il y a pas mal de magasins pour acheter de la nourriture aussi. C’est vraiment la bonne découverte.

3/ J’ai fait un sushi à volonté. Mais combien d’assiettes j’ai mangé ?

Photo 38 : J’ai mangé 30 assiettes. On était 4 et j’ai gagné le challenge du plus gros mangeur. On était dans une chaîne de sushi très connu qui s’appelle Kappa Sushi. Ils font une offre spéciale, entre 14h et 17h, sushi à volonté pendant une heure pour 1600 yens (12€). Il y a du choix et c’est vraiment pas mal.

4/ J’ai eu plusieurs fois des soucis dans mon appartement. Qu’est ce qui est tombé en panne 3 fois ?

Photos 39 et 46 : La chose indispensable en cas de forte chaleur au Japon, la clim’! Elle est tombée en panne peu de temps après que je sois arrivé. La première fois ça allait il faisait pas encore trop chaud. L’électricien est venu au bout de 2 jours et il a changé le gaz et ça marchait mieux. Au bout d’une semaine pareil, elle retombe en panne. Il rechange le gaz et nettoie la clim. Il me dit si ça retombe en panne, il m’en installe une nouvelle. Au bout d’une semaine pareil, rebelote. Sauf que là, il faisait 34°c et la nuit la température ne baissait pas malgré les deux fenêtres ouvertes. C’était dur. dès le matin, je restais pas chez moi et j’allais dans des lieux climatisés pour me rafraîchir. ça a duré 3 jours avant qu’il vienne.

5/ J’ai été au cinéma au mois de juillet. Quel est le titre du petit film que j’ai été voir ?

Photo 62 : JK Ninja Girls. Un petit film avec des idoles du groupe Kobushi Factory qui interprètes des ninja qui défendent la Tokyo Tower contre des vieux ninja d’Osaka. C’était marrant, très visuel et donc pas trop dur à comprendre. Deux membres Hamachan et Minami sont venus après le film pour donner quelques anecdotes.

6/ Je suis allé dans un resto français une fois. Mais qu’est ce que j’ai mangé ?

Photo 63 et 64 : C’était la même soirée que le film. j’ai été voir le film avec une fan d’idoles Koji qui apprends depuis un moment le français et le parle plutôt bien. Elle m’a emmené après le film dans un restaurant breton. J’ai pris une crêpe et une bière bretonne. C’était peut-être un peu chère, j’ai payé 2000 yens (15€) mais c’était très bon comme si on était en France.

7/ Je me suis essayé à un sport populaire au Japon. Lequel ?

Photo 95 : J’ai essayé le base-ball et c’était cool ! La machine lance la balle et il faut la taper avec la batte. on choisit la vitesse et la hauteur. Le sport est chiant à regarder mais là c’était marrant.

8/ Il y a eu une tempête de grêle dans mon quartier. Quels ont été les dégâts ?

Photo 50 et 51 : L’apocalypse ! J’étais dans mon appartement et j’avais vraiment l’impression d’avoir des pierres qui tombe dessus. La résidence où je suis est fait en bois, c’est pas très isolé et les moindres vibrations on les sent. Il y a une devanture devant ma porte en plastique qui a été percé de trou par les grêlons et  les feuilles des arbres dans une rue pas très loin sont tombés. La tempête était vraiment super concentrée sur quelques quartiers. C’était impressionnant.

9/ Je suis allé courir en haut d’une petite montagne Takao, proche de Tokyo. Elle mesure combien?

Photo 61: C’était une petite expédition. Takao est la montagne la plus proche du centre de Tokyo qui culmine à 599.15m. C’était la première fois que j’y allais. Au final, c’était sympathique mais les sentiers sont très aménagés. Le temps était couvert, j’ai pas pu voir grand chose.

10/ Est ce que j’ai vu le mont Fuji ?

Photo 43 : Oui, bien-sûr et même plusieurs fois durant mon voyage.

11/ Des amis français qui étaient là avant moi et qui sont repartis depuis m’ont laissé des choses de la France qu’ils avaient ramenés. Qu’est ce qu’ils m’ont laissés ?

Photo 13 : Ils m’ont laissé pleins de trucs : du café moulu, des cuillères, du beurre et un dentifrice super U. De nombreux français étaient venu pour voir les °C-ute.

12/ Quel mot valise français est utilisé par un magasin qui vend des lunettes?

Photo 32 : « Lunetterie » J’avoue que l’utilisation de mot français dans les magasins, les restaurants ou sur les vêtements me fait toujours aussi rire.

13/ Combien peut coûter un melon ?

Photo 37: 2500 yens (19€) pour un seul melon. Le prix des fruits me font toujours aussi peur ici. C’est assez incroyable qu’on puisse payer ce prix juste pour un fruit.

Merci aux 3 participants à ce jeu. Anaël est le grand gagnant et je vois qu’il a bien regardé toutes les photos avec son œil averti. Mais Matt et François, je vous ferai un lot de consolation pour votre participation.

Sinon sur les autres photos :

La photo 99 est un appareil pour muscler les bras. De chaque coté, on appuie avec les mains et il y a un ressort à l’intérieur. J’ai vraiment tilté un moment aussi avant de comprendre à quoi ça pouvait servir.

La photo 2, jolie le gars qui se cure le nez vers la billetterie.

La photo 78 contient les ingrédients que j’ai acheté pour faire une blanquette de bœuf (j’ai pas trouvé de veau) et on voit le résultat sur la photo 80. J’ai invité des amis japonais à manger chez moi. Apparemment, ils se sont régalés. Il ne restait plus rien.

Le jeu de la faim

La fin de mon voyage approche. Dans une semaine exactement je serai de retour en France et je vais retrouver ma vie lyonnaise. Pour l’instant, c’est sûr je ne repars pas toute suite. Je n’ai pas trouvé quelque chose de satisfaisant qui permettent de m’installer ici. J’ai postulé à beaucoup d’offres, j’ai eu des contacts, des pistes, un entretien, discuter avec beaucoup de gens francophones qui travaillent, qui étudient, qui vivent des fois depuis très longtemps ici. J’ai partagé aussi beaucoup d’expériences professionnels mais malheureusement qui n’ont débouché sur rien. Je compte bien pour l’instant repartir et revenir en tout cas. Ce statu-quo ne me décourage pas bien au contraire. Je reviendrai sûrement en détail sur tout ça plus tard.

Au final aussi, j’avais des beaux projets de bouger aussi mais je suis resté sage et je suis resté dans la région de Tokyo. J’ai préféré sortir, aller à des concerts, des festivals et rencontrer du monde.

En attendant la fin, je vous propose un petit jeu. C’est vrai que je n’ai pas été super prolifique sur ce blog et je me rattrape avec ce jeu qui va revenir un peu sur des événements qui se sont passés pendant ces 3 mois. C’est un jeu d’observation. Il y a 100 photos que j’ai prise pendant mon séjour et il faut répondre à des questions. Pas besoin de connaître le japonais ou le japon précisément, juste un peu d’anglais niveau collège et surtout des yeux.

Pour les réponses, il suffit de les poster dans les commentaires. Le gagnant le plus rapide qui aura répondu juste à un maximum de questions, je lui offrirai un petit souvenir d’ici à mon retour.

Vous avez jusqu’en début de semaine prochaine pour participer.

A vos yeux.

1/ Mon avion à l’aller à Zurich avait du retard mais de combien de temps ?
2/ La station de train proche de mon appartement était super bien décoré pour les fêtes de l’été mais quelle est son nom ?
3/ J’ai fait un sushi à volonté. Mais combien d’assiettes j’ai mangé ?
4/ J’ai eu plusieurs fois des soucis dans mon appartement. Qu’est ce qui est tombé en panne 3 fois ?
5/ J’ai été au cinéma au mois de juillet. Quel est le titre du petit film que j’ai été voir ?
6/ Je suis allé dans un resto français une fois. Mais qu’est ce que j’ai mangé ?
7/ Je me suis essayé à un sport populaire au Japon. Lequel ?
8/ Il y a eu une tempête de grêle dans mon quartier. Quels ont été les dégâts  ?
9/ Je suis allé courir en haut d’une petite montagne Takao, proche de Tokyo. Elle mesure combien?
10/ Est ce que j’ai vu le mont Fuji ?
11/ Des amis français qui étaient là avant moi et qui sont repartis depuis m’ont laissé des choses de la France qu’ils avaient ramenés. Qu’est ce qu’ils m’ont laissés ?
12/ Quel mot valise français est utilisé par un magasin qui vend des lunettes?
13/ Combien peut coûter un melon ?

 

 

 

 

 

Un taux, ça va

Aujourd’hui, je viens vous parler d’argent. J’ai envie de parler surtout du taux de change yens / euros.  C’est un truc que je regarde souvent en étant ici car ce taux varie très fortement. Pendant ces 3 mois, j’ai fait souvent des retraits et j’ai eu besoin de changer de l’argent souvent. Avec ce taux qui varie beaucoup c’est un véritable casse-tête. Quelle est le bon moment ? J’attends demain ? Aujourd’hui c’est peut-être le bon moment ? Je peux attendre encore ? C’est toujours très dur…

Voici le taux euros / yens sur les 7 dernières années :

Le plus bas était à 94.2 yens pour 1 euro en juillet 2012
Le plus haut était à 169.5 yens pour 1 euro en juillet 2008

Ces variations sont difficilement explicables simplement. Le yen est souvent une valeur refuge quand il y a des crises dans les grandes bourses européennes ou que il y a de l’instabilité politique. Il y a le gouvernement japonais qui essaye aussi de temps en temps de relancer les exportations japonaises et pousse à ce que le taux soit haut ou il y a les périodes de tourisme aussi. Bref, il faut une boule magique pour comprendre tout ça.

La conséquence est que c’est difficile d’établir un budget pour les vacances 6 mois voir un an à l’avance, on peut juste donner une fourchette. Prenons un budget sur place de 300 000 yens pour un mois. ce qui est un bon début pour se faire plaisir, se loger, visiter et bouger. Si on prend les taux extrêmes vu plus haut : un euro à 94.2 yens, ça fait 3184 euros et si on prend un euro à 169.5 yens, ça fait 1769 euros. Et ça c’est la variation sur une durée de 7 ans, c’est beaucoup je trouve. C’est quand même fou de se dire que son budget de vacances est compris entre 1769 euros et 3184 euros pour faire la même chose. Bien-sûr, j’ai pris les extrêmes pour illustrer ça mais quand même.

si je prends le taux de mes voyages personnels depuis 7 ans.

mars-avril  2010 : 112~119 yens
avril 2011 : 123 ~ 115 yens
avril 2012 : 105 yens
septembre 2013 : 130 yens
novembre 2014 : 140~145 yens
décembre 2015 : 130 yens
août 2016 : 113~115 yens
juin-juillet-aout : 123~130 yens

Ça fait quand même des variations de 30%.

Je repense à ma décision de venir ici et de prévoir un budget pour partir. Je voyais bien un budget autour de 500 000 yens pour mon voyage ici. Histoire de vivre et sortir sans faire le foufou. J’ai vu un yen varié entre 115 et 130 yens entre ma décision et le moment où je pars. C’est le genre de truc qui te fait varier ton budget de plus ou moins 500 euros voir 1000 euros. Genre un cas tu fait la fête plus souvent et tu penses un peu moins et l’autre tu te restreints un peu plus.

Sur mon voyage, je retire souvent entre 30 000 et 50 000 yens à chaque retrait selon mes dépenses. Si par exemple, je retarde mon retrait et le taux augmente de 1 yen, je peux gagner 4~5 euros sur un retrait de 50 000, ça vaut le coup de regarder et des fois de juger si c’est un bon taux ou pas.

C’est marrant mais souvent pour un japonais qui travaille et qui gagne sa vie normalement, j’ai l’impression que 1000 yens c’est pas grande chose. C’est genre 5 euros chez nous. Mais quand on y pense selon le taux, ça vaut entre 6 euros et 10 euros. Pour un japonais, il a la même perception de ce que représente 1000 yens mais nous elle varie selon le taux, c’est des fois difficile de se comprendre.

Je reviendrai plus tard sur mes dépenses 🙂

 

 

La pêche ?

La pêche ? La forme ?

On m’a fait remarqué que je laissais tombé ce blog et que c’était pas trop normal. La fin de mon voyage approche et avant que je parle de mes conclusions sur tout ce que je devais faire ici, je vais reparler un peu de ce que j’ai fait.

Je vais commencer par la pêche.

Au mois de juillet, j’ai eu l’occasion de partir à la pêche avec mon ami Fukuda pendant une journée dans la région de Numazu situé au sud à plus de 3 heures de transport de Tokyo.

C’est une petite ville au bord de la mer, c’est très chouette. Ensuite, on passe dans des quincailleries de pêche pour prendre de l’appât et de l’amorce, c’est composé de mini crevettes et on part louer une barque.

Après disons 15 minutes de rame, de quoi s’éloigner un peu du bord, on rejoint un coin pour attacher la barque et se poser. Fukuda prépare le matériel et m’explique le maniement du moulinet, comment bien attaché la mini crevette et à quelle profondeur descendre l’hameçon. On commence d’abord sans amorce.

Je m’attendais à devoir attendre un peu et être patient mais ça mort très vite. Au bout de 5 minutes, les premières touches apparaissent et en fait ça n’arrête pas. Le plus souvent, les poissons arrivent à manger la mini crevette sans manger l’hameçon. La technique de l’accrochage de l’appât s’améliore et on ramène nos premiers poissons. C’est en fait un défilé de poisson qu’on ramène.

Après un petit moment, on commence à ajouté de l’amorce pour ramener du plus gros et jeter les petits. Et ça marche super bien !

Dans les poissons qu’on a ramené , voici la liste avec le mot en japonais et une traduction que j’ai trouvé :

  • Kasago (カサゴ)- sébaste
  • Kurodai (黒鯛)- pagre tête noire
  • Tai (鯛) – dorade
  • Shimaaji (シマアジ) – white travelly
  • Saba (サバ) – maquereau
  • Kaiwari (カイワリ) – carangoide equula
  • Aji (アジ) – chinchard

On a fait un bon repas le lendemain. On a mangé ça de différente façon, en sushi, grillé, frit ou bouillie dans de la sauce soja. Un délice !

La pluie et le beau temps

La forme ?

Le travail, la famille, les enfants, le chien, le chat, ça va bien ?

De mon coté, j’en profite beaucoup…peut-être un peu trop…J’ai passé mon mois de vacances entre sorties, bouffes, concerts, rencontres, le temps passe vite…

C’est cool !

Je me dis maintenant qu’il est temps que je passe aux choses sérieuses et que je me rappelle un peu pourquoi je suis venu ici aussi : Le travail !( ça coïncide peut-être aussi avec le fait que je ne vais pas touché mon prochain salaire avant un moment maintenant :p).

Sinon niveau température, le mois juin était pas trop chaud mais depuis lundi le thermomètre grimpe. Il fallu bien sûr que ma clim’ tombe en panne à ce moment là. J’ai passé du coup des moments difficiles. Il faisait 29°c la nuit et 34°c le jour dans l’appartement. Le jour je ne restais pas chez moi et j’allais me rafraîchir au café, au supermarché ou au centre commercial et le soir obligé de dormir avec les deux fenêtres ouvertes pour laisser la fraîcheur rentrée et obligé aussi de me faire piquer par les moustiques. Le typhon qui est passé hier a apporté un peu de fraîcheur. Le thermomètre est descendu à 28°c. Youpi ! Mais ça va, tout devrait s’arranger le réparateur vient demain.

À bientôt ! Je vous tiendrais au courant de tout ça.

The Last :'(

La date de mon voyage coïncidait pile poil avec le dernier concert des °C-ute au Saitama Super Arena le 12 juin. Je me demande si c’était fait exprès… 😉

Le Saitama Super Arena est une salle complètement couverte d’une capacité maximum de 37 000 places. Elle accueille beaucoup de manifestation sportive (foot, basket, hockey…). C’est une des plus grandes salles  du Japon pour accueillir des concerts. C’était la première fois pour moi.

Les °c-ute, c’est un groupe d’idoles qui a été formé il y a maintenant 12 ans. Leur premier single est sorti le 6 mai 2006 : Massara Blue Jeans, en français mon nouveau jean bleu (Non ce single n’a pas été sponsorisé par Levi’s ;p).

Elles sont jeunes, Maimai la plus jeune a 10 ans et Erika la plus vieille a pratiquement 15 ans au moment de la sortie de ce single. Le groupe perd une membre, Megumi et puis encore 2 membres Kanna et Erika au fil des années pour finir à 5 membres. Ça n’empêche pas le groupe de progresser et de grandir petit à petit.

Le groupe va ensuite rester à 5 membres de fin 2009 jusqu’à juin 2017. à 5, le groupe a des débuts difficiles, se cherchant un peu. Airi la chanteuse principal est trop mise en avant et les autres cherchent un peu leur place mais il se structure, trouve son équilibre avant de franchir une à une les étapes qui le conduit vers le sommet.

2008, c’est l’année où j’ai connu le groupe. C’est l’année où j’ai découvert les idoles sur Nolife et parmi toutes les idoles, il y avait ce groupe. Je suivais le groupe mais d’autres groupes m’intéressaient beaucoup plus. Les Berryz, Buono ou les Morning Musume par exemple.

Le premier coup de tonnerre est arrivé pour moi avec Dance de Bakoon.

2010 est l’époque où on commence à voir du contenu officiel de groupe d’idole apparaître sur Youtube. Un petit phénomène apparaît à la même époque avec cette vidéo de Chisa en train de danser.

Elle semble anodine aujourd’hui mais à l’époque, c’était exceptionnel de la voir danser comme une fan le ferait dans sa chambre. Elle avait fait son petit buzz, elle atteint vite le million de vues et elle reste encore une des vidéos les plus vues du groupe sur Youtube.

2011, C’est l’année où de mon second voyage au Japon. C’est l’année où j’ai enchaîné beaucoup de concerts des °C-ute avec Eva. L’album Chou Wonderful est une tuerie et la tournée une claque. Il prend la première place dans mon cœur parmi les groupes d’idoles au niveau de la performance sur scène.

2012, le troisième voyage au Japon et le groupe est encore meilleure. Je me rappelle de l’event pour la sortie du single Kimi wa jitensha watashi wa densha de kitaku au Sunshine d’Ikebukuro . On était de nombreux français sur place et il y avait un monde fou. Elles battent d’ailleurs leur record de vente pour ce single. Elles sont prêtes pour dépasser les frontières des fans d’idoles et conquérir le monde.

2013, C’est une grande année, nos souhaits sont exaucés, elles viennent à Japan Expo en France et elles vont donner un concert au Budokan (capacité 14 000 personnes) pour la première fois. Elles sont au sommet et elles ne vont plus jamais le quitter.

2014, un concert dans une salle encore plus grande Yokohama Arena (17 000 personnes) et elles reviennent encore en France pour un second concert à Japan Expo avec les Berryz. Elles sont toujours sur le toit du monde.

2015, 2016, 2017 Elles sont de plus en plus connus et respecter à travers le Japon enchaînant les gros concerts au Japon mais aussi au Mexique et en France en battant successivement des records de vente de single jusqu’à cette fameuse date du 12 juin 2017 avec leur dernier concert au Saitama Super Arena.
Étant au Japon pour 3 mois, je n’avais pas forcément les moyens de me prendre une bonne place du coup, je me suis rabattu sur une place derrière la scène.

C’était un peu bizarre car je n’avais pas une vue complète de la scène, on les voyait de dos. Mais On était près et avec l’écran, on les voyait quand-même. Elles sont venues quelques fois vers nous.

Le concert était parfait ! Une setlist parfaite, un concert plein d’émotions avec quelques invités qui les ont remerciés. Elles ont eu des larmes aux yeux très souvent et moi aussi d’ailleurs. 2 rappels pour plus de 3 heures de concert pour finir à 21:10.

Merci à elles pour toutes ces années.

 

 

 

 

 

 

Le quotidien

Je m’installe petit à petit.

Je prends mes repères dans le quartier. Il y a un assez grand supermarché où trouver de la nourriture bon marché.

Je m’essaye à la cuisine en achetant des produits locaux. J’ai acheté de quoi faire de la soupe miso composé de pâte de soja fermenté avec du wakamé (des algues) et du tofu. J’ai cuisiné des omelettes à base de champignons et de pousse de soja aussi. Essayer des soba, des pâtes classiques avec des sauces. Pour l’instant c’est un peu expérimentale. On verra si j’essayerai pas des vrais recettes plutôt.

Le quartier est assez calme juste que ma chambre donne juste en face d’une maternelle ou d’une crèche (je sais pas trop) et ça braille de temps en temps le matin quand les parents déposent leur progéniture.

Sinon on va dire que je me laisse vivre pour l’instant, j’en profite un peu. J’ai fait quelques concerts et quelques soirées avec des français de passage ici, j’ai retrouvé des amis et je m’en suis fait des nouveaux. Tranquille !

 

Camp de base

L’escale à Zurich n’était pas aussi rapide que je le pensais. L’avion a eu un gros problème technique pendant la préparation avant le décollage. J’ai attendu à Zurich 5h30 au lieu d’une 1h30. Au final, l’avion a eu un retard de 3h30 à l’arrivée. De quoi donner envie de piquer du nez dans les transports avec le décalage horaire.

Je me retrouve maintenant dans ma chambre à Otsuka (quartier de Tokyo) que je vais occuper tout mon séjour. Ça me change un peu de mon 65m2 de Lyon.😝

Japon, me revoilà !

3 mois au Japon.

3 mois pour trouver un travail.

3 mois pour savoir si je peux vivre dans ce pays.

3 mois pour profiter un peu aussi et découvrir encore des nouvelles choses.

3 mois pour me laisser vivre, sans programme prédéfini, ni contrainte, ni stress.

Voilà succintement comment s’organise mon 8eme voyage au Japon qui commence aujourd’hui.

Départ à 10h15 en direction de Zurich pour une petite escale avant de repartir pour Tokyo.

Ascension du Mont Fuji

On est parti un lundi, lundi 8 août après midi exactement. Depuis le début de mon voyage je reporte cet ascension pour trouver la météo parfaite au sommet. Avec l’ami Fukuda, on réfléchie ensemble et on se pose la question. On essaye de faire correspondre nos agendas et la météo. On en parle le week-end le précédent et mardi a l’air pas mal pour la météo. Le problème est que la météo est toujours changeante au sommet et les prévisions sont vraiment sûr que 24h à l’avance. Et elle change. Ce mardi pas mal s’est transformé en lundi pas mal. Ensuite le temps a l’air de se gâter pour le reste de la semaine. Lundi matin, on en rediscute. On est libre tous les deux et il va faire beau. C’est parti ? Yesss !  On regarde le bus direct depuis Tokyo, complet! Aïe. Une autre solution, il reste le train jusqu’au pied du mont fuji, puis le bus local qui nous emmène à 2000m. Hop go !

Il existe beaucoup de solutions pour grimper le mont Fuji. Mon envie était de faire l’ascension de nuit et de faire le levé du soleil. Un très grand classique. Fukuda avait la même envie mais avait une préférence pour faire l’ascension de jour, dormir dans un refuge à 3000m et rejoindre au sommet un peu avant le levé du soleil. Une proposition alléchante aussi. Du coup, comme on s’est décidé à la dernière minute, ça sera ascension de nuit direct.

Départ donc lundi 8 août à 15h20 de Tokyo, de Nishi Nippori exactement. 3h de train avec des changements qui nous permet de passer au supermarché faire des provisions car le voyage va être long. Je prends 4 litres d’eau, 4 onigiri (des boulettes de riz) et des barres de céréales. J’ai bien mangé avant, je devrais tenir. Il est possible d’acheter de l’eau ou de se nourrir pendant l’ascension mais à des prix qui donnent envie de faire des provisions avant.

CpUvlD-VUAAZV2O

Ensuite, c’est le bus pendant une bonne heure pour arriver à la 5ème station (il y en a 10) à 2300m. On arrive là bas vers 20h. Cette station est la dernière station accessible depuis la route. Il y a un endroit pour se reposer et on peut manger ou boire. Il fait 15°C environ. On est pas mal, ça change des 30°c étouffant de Tokyo l’après-midi. On se repose et on commence à s’habiller chaudement.

21h le départ à pied !

IMG_6808

Le mont Fuji est inscrit depuis 2013 au patrimoine mondial de l’UNESCO et depuis il y a un don de 1000 yens (environ 8€) qui est demandé à tous les randonneurs. il n’est pas obligatoire.

La première partie est facile. Ça monte pas mal mais rien de bien méchant. Il n’y a pas trop de monde. C’est cool. Il y a un petit vent qui vient faire chuter le thermomètre. Avec ma lampe que j’utilise pour les trails de nuit, je vois bien. J’aurais presque envie de courir. Fukuda a du mal à suivre mon rythme. Il n’a pas forcément l’habitude. Je l’attends à chaque fin de lacet.

Un moment, on se rend compte qu’on a pris un mauvais chemin à un moment entre la 6ème et 8ème station. On a pris un chemin de service utilisé pour les secours et fait pour qu’un véhicule à chenille puisse passer. C’est cool, il est tamisé mais il est interdit au piéton normalement.

IMG_6822

Il est 0h30 et on est à 3100m. Il y a quelques passages où il faut s’aider un peu des mains pour traverser des grosses pierres.

IMG_6824

Il fait 7°c, j’ai froid. J’ai beau avoir des couches sur moi, un polaire, des gants, un bonnet, un pantalon collant et des grosses chaussettes de ski, j’ai froid. J’ai du mal à rester en place. Dès que je suis immobile, je ne supporte pas le froid, je tremble. Je regrette les 30°c de Tokyo. Je n’ai pas de mal de tête dû à l’altitude, c’est déjà ça. Fukuda a du mal et prend des longues poses pour s’habituer à l’altitude. Il supporte moins bien.

IMG_6832

Il est 3h10 à la station 8.5 à 3450m, je crois que je vais mourir par le froid. C’est la dernière pause avant le sommet. Il commence à avoir beaucoup de monde et le chemin est pentu et il se réduit en largeur. Plus on s’approche du sommet et plus ça ralenti pour finir en file indienne. J’essaye de doubler par fois mais dès que je fais un effort trop important, je sens bien qu’il y a moins d’oxygène et que mon cœur s’emballe. Je prends mon mal en patience.

4h30, sommet ! Enfin ! La dernière partie était peu longue du fait de l’affluence. il ne reste plus qu’à attendre le soleil prévu pour 4h50. Je tremble de partout. Il doit faire pas loin de 0°c avec ce vent.

IMG_6846

Fukuda me rejoint juste avant le spectacle. Du fait de la couche nuageuse autour, j’ai l’impression qu’il se lève de plusieurs endroits à la fois.

IMG_6848

Très vite, le jour arrive. Il est là. Et le thermomètre remonte. \o/ Le soleil, mon sauveur.

Je peux admirer ce que je viens de monter et voir les retardataires qui arrivent.

IMG_20160809_044518637

Après avoir admiré la vue et repris un peu de force, on s’attaque à faire le tour du volcan. Il est 6h du matin.

C’est grand en fait. Je ne m’attendais pas à aussi grand.

IMG_6854

Le centre du volcan

IMG_6855

Et la photo souvenir au point le plus haut à 3776 m. On ne sent même pas qu’on a fait nuit blanche.

IMG_6861

On passe également par le bureau de poste pour poster quelques cartes postales.

IMG_20160809_061544621_HDR

Encore un peu de temps pour admirer la vue.

IMG_6871

Il est temps maintenant de penser à la descente…. On refait un petit tour. Le temps de payer 300 yens (2.5€) pour aller aux toilettes.
Il y a plusieurs chemins pour monter et descendre le Mont Fuji. Pour l’aller, on a pris le plus simple, le plus facile, le chemin Yoshida. C’est le plus emprunter. C’est pour ça que c’était l’embouteillage à la fin. Pour la descente, on se met d’accord pour essayer un autre chemin réputé le plus dur mais qui offre le meilleur panorama, le chemin Gotemba.

On se prépare, je me mets une bonne dose de crème solaire car ça commence à taper et c’est parti. Il est 9h du matin.

IMG_20160809_061534683

La descente est dur. Je suis moins à l’aise que la monté. Il y a des gros cailloux partout qui oblige à faire toujours attention aux chevilles. C’est épuisant.

IMG_6883

Par contre, en effet la vue est sublime. On voit au loin un amas de centre de la dernière éruption, il y a plus de 300 ans.

IMG_6886

Vers 10h, on rejoint la 8ème station puis la 7ème station vers 10h30 à 3000m. C’est dur dur. Ma cheville gauche fait quelques torsions dans les pierres qui me font pas du bien. Même si on descend vite, ça me parait plus long que la monté. Je commence à être épuisé. Fukuda qui était à la traîne à la monté est en bien meilleur forme que moi et me tire.

Après les cailloux, on a le droit au sable de cailloux.

IMG_6901

C’est un paysage lunaire. On peut courir dans ce sable et avec le dénivelé on peut faire des sauts de 2m et vraiment avoir l’impression d’être sur la lune. Il faut juste penser à s’arrêter de temps pour vider les chaussures pleines de petits cailloux.

Et la dernière ligne droite. Le bâtiment blanc au bout c’est la 5ème station à 1900m d’altitude.

IMG_6903

On arrive là bas vers 11h00. Il nous faut ensuite attendre le bus et rentrer à la station de train Gotenba. Il est temps de trouver un bon restaurant et de manger quelque chose de consistant.

Ensuite, Fukuda propose une judicieuse idée de trouver un onsen pour prendre une douche et se reposer un peu avant de reprendre le train pour Tokyo. Le bain chaud repose les muscles, c’est agréable. Il est de temps de rentrer. Retour à l’appartement, 19h. Un repos bien mérité.

Le lendemain, je ne suis pas trop courbaturé. J’arrive à marcher. Il y a les escaliers qui sont durs à monter ou à descendre. Je dirais par rapport à un trail saintélyon, c’est rien.

En conclusion : Superbe ! Magique ! Et à refaire ! C’est une très bonne expérience. J’aimerais retourner et faire le refuge. Ça permet de s’habituer au 3000m et peut-être mieux profiter encore du spectacle. Le faire en mode trail, ça peut-être aussi une très bonne expérience.