Les choses sérieuses commençent…

Hier, j’ai commencé à m’occuper de mon installation du point de vue administratif:

Ouverture de compte en banque

Je suis allé à la banque national du Canada pour ouvrir un compte afin de déposer l’argent liquide que j’avais apporté et aussi avoir des facilités de moyens de payement (chèque et carte de crédit).
Là, encore, j’ai été reçu comme un prince. Je suis allé à l’accueil qui m’a toute suite gentiment dirigé. Ensuite, J’ai rencontré un conseiller financier qui était français originaire de Paris. Il est arrivé comme moi, il y a 3 ans avec le même visa que j’ai actuellement. Il a trouvé assez vite ce travail dans cette banque et il est resté. Il me racontait qu’il était très bien au Canada, qu’il allait bientôt s’acheter une maison et qu’il avait aucunement envie de rentrer en France. Il était très gentil. Il m’a expliqué clairement comment marchait les comptes en banque au Canada. J’étais vraiment surpris par l’accueil. L’ouverture a été assez vite. J’ai juste eu besoin de donner mon passeport, mon visa et une adresse (sans justificatif). Rien de plus.
C’est le jour et la nuit, quand je compare à Angleterre. Là bas, c’était l’enfer, j’ai passé des jours pour ouvrir un compte. Je devais déjà apporter un contrat de travail avec une lettre de recommandation de l’employeur où figure les horaires et le salaire, un justificatif d’adresse (lettre du propriétaire) et le passeport. Je me rappelle, j’avais fait 5 banques avant que j’arrive à ouvrir un compte car je n’étais pas à temps plein et je vivais dans une auberge de jeunesse. De plus, j’avais à faire des anglais qui parlaient un anglais « business » incompréhensible et qui ne faisait aucun effort pour essayer de se faire comprendre.
Je sais qu’en Angleterre, je n’aurais jamais croisé un étranger à un poste de conseiller dans une banque. J’avais toujours l’impression que les anglais avaient les meilleurs emplois et que les étrangers étaient relégués aux postes subalternes et les postes les moins qualifiés.
Ici, j’ai l’impression que c’est différent. Quand j’ai vu ce français travaillé dans cette banque. L’impression était que l’ascenseur social au Québec marche peut-être mieux qu’ailleurs. Et finalement, contrairement à d’autres pays, les étrangers et les nationaux sont un peu près égaux.

Le NAS (numéro d’assurance social)

Je suis allé à un bureau du service public pour chercher ce numéro pour pouvoir travailler. J’ai passé beaucoup de temps (environ deux heures) pour l’avoir. Il y avait beaucoup de monde. Le week-end de trois jours et les étrangers qui arrivent à cette époque pour étudier et travailler y sont pour quelques choses.
A part l’attente, la procédure est rapide et se déroule sans problème. Les conditions sont les mêmes qu’à la banque. Il y a juste un feuille supplémentaire à remplir.

Le téléphone portable (ici un cellulaire)

Je vous préviens tout suite, les choses se compliquent.

Avant de vous parler de ça. Je vais vous raconter une anecdote.
En arrivant samedi dernier, j’ai voulu appeler mes parents pour les prévenir que le voyage s’est bien passé et que je suis bien arrivé. Comme j’ai laissé ma carte puce de mon portable en France, j’ai voulu utiliser une cabine téléphonique.

Je vous ai fait une photo de la fameuse cabine:

43730186
(Bon finalement, on voit pas grand chose, je voulais vous montrer les instructions)

La première chose que je fais, je suis bête et méchant, c’est de mettre mes pièces avant d’appeler. Je vois très vite que ça marche pas comme ça. Il faut composer un numéro avant.
Donc je reprends, je compose directement le numéro en ajoutant l’indicatif international (0033) et je me dis que je mettrais de l’argent par la suite. ça ne marche pas non plus comme ça.

là, Je me dis qu’il faut que je lise les instructions, et je vois trois choix possibles:
1/ appel local (504)
2/ inter urbain (1)
3/ outre mer (011)
En réfléchissant un peu, je me dis que je veux passer un appel outre mer même si je trouve la désignation un peu bizarre. Je compose donc le 011 et il me demande d’ajouter l’indicatif du pays. Je rajoute logiquement le 0033. Là, ça ne marche toujours pas. J’essaye plusieurs fois, un peu énervé et toujours rien. mon appel ne passe pas.
Sur les instructions, je vois qu’on peut faire appel à un opérateur pour se faire aider. Je l’appelle et il me dit que l’indicatif pour la France est le 33 avec le 011. Il fallait le savoir…Il aurait pu au moins le marquer quelque part.
Je réessaye et là miracle ça marche, sauf que surprise, il me demande 8,55 dollars (5,4 euros) avant de lancer l’appel! Bien-sûr, je ne pensais pas que c’était aussi chère, Je n’avais pas autant de monnaie sur moi, j’ai abandonné. J’ai emprunté finalement un portable pour appeler. Et ultime précision, il faut faire le +33 pour appeler en France et pas 0033 ou 33. encore une particularité!

Après cette fumeuse expérience, je me suis toute suite dit que le téléphone canadien et moi, on allait avoir du mal à s’entendre. ça se confirme par la suite…

Aujourd’hui, je suis donc parti à la chasse d’une carte puce compatible avec mon téléphone débloqué. J’ai été voir les différents opérateurs et Je me suis rendu compte que ça n’était pas très courant d’acheter une carte sim et d’avoir une carte prépayé. Un seul opérateur propose une carte à puce et elle coute environ 35 dollars (22,30 euros). les appels avec les cartes prépayés sont hors de prix car il faut savoir ici les appels entrants c’est à dire les appels que tu reçois sont payants que ça soit d’un appel national ou international. Il existe des forfaits appels entrants illimités mais ils sont chères pour les cartes prépayés.
Je me suis donc tourné vers un forfait classique mais je le voulais forcément sans engagement. Là, aussi, je n’avais pas beaucoup le choix. Il y a que deux opérateurs qui proposent des forfaits sans engagement.
Le premier Koodo qui me donne un portable d’une certaine valeur (50 euros minimum). La somme du téléphone est ajouté à une balance. Chaque mois 10% de la facture est déduit de cette balance. Elle est négative au début puis elle peut être positive par la suite et me servir pour changer de portable. L’inconvénient est que si je veux arrêter le forfait et que la balance est négative, je dois payer cette somme. En prenant un portable de 50 euros et en ayant une facture d’environ 35 dollars, je mettrai environ 14 mois pour arriver à une balance de 0.
Le deuxième Fido qui me vend cette carte sim de 35 euros pour mon téléphone portable et un forfait sans engagement.
Ensuite, il faut comparer les forfaits. Et là, le casse-tête commence! Les forfaits au Canada sont tout en kit. Il y a une tonne d’options possibles qui sont pour nous en France inclus systématiquement dans le forfait (Les appels entrants illimités, Le répondeur, l’affichage des numéros, les messages texte entrants illimités, messages illimités…).
Je vous épargne les détails. Pour l’instant, je n’ai pas encore choisi, les deux sont un peu près équivalents. Il faut que j’étudie ça. Je vais retourner demain et faire mon choix.
Je pense que ça revient finalement un peu comme en France en sachant qu’ici, histoire de compliquer, les forfaits sont valables que dans la zone où on habite. Par exemple, mon forfait va être valable qu’à Montréal. Si je sors de Montréal, je tombe dans le hors forfait.

Bon voilà, c’est tout pour aujourd’hui. Demain, je vais acquérir ce maudit forfait et je m’attaque à la voiture en espérant que ça soit moins compliqué.

4 réflexions au sujet de « Les choses sérieuses commençent… »

  1. Que d’émotions!
    Alors RV tout se passe bien sauf pour le tél…
    Il va vite falloir trouver une femme…qui possède déjà un portable…A+

  2. J’ai souri en regardant ta tirade sur le téléphone.Je me souviens en effet que j’en avais pleuré quand j’étais arrivée à Montréal.Je devais utliser la cabine téléphonique à la gare routière, il fallait mettre $2 et je ne les avais pas!!! alors que mon bus était en retard de plus de 3 heures et que j’allais arriver à Québec à 1h du mat!!! Que si on ne venait pas me chercher je dormais à la belle étoile. On devrait intenter un procès a Bell courage!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *