Welcome to USA

Je reviens vers vous pour vous raconter mes aventures depuis que j’ai quitté le Canada.
Comme prévu, je suis parti de Montréal vendredi dernier direction Boston. J’ai décollé vers 8h arrivée prévue vers 14h.
La première étape de ce voyage était de passer la frontière américaine. On m’avait prévenu que ça durait environ une demie heure mais je pensais pas que c’était aussi stressant.
Tout commence par un énorme poste frontière où il y a marqué « Welcome to United States of America » avec des panneaux de signalisations un peu partout. Je ralenti calmement. Je me demande où je vais arriver. Il avait des grillages sur les cotés sur environ 500m. J’étais un peu perdu. Surtout qu’il était 9h du matin et il n’y avait pas de voitures autour de moi. J’arrive enfin devant un premier poste qui ressemble à un péage d’autoroute. Je rencontre un officier au poste qui me demande classiquement mon passeport. Il commence à regarder ma voiture. Il me pose quelques questions sur la provenance. Je lui raconte que je l’ai acheté au Canada à un particulier il y a quelques jours. Il commence à me regarder avec un air suspicieux en étant étonné que j’ai pu faire ça en seulement une semaine. Je lui donne les papiers de la voiture. Je lui explique toute l’histoire. Après, il inspecte mon coffre et me dit de me garer un peu plus loin dans un box où deux autres officiers m’attendent. Il me demande de me donner les clés de la voiture et de prendre mon argent et mes papiers. L’un des officiers me conduit dans un poste frontière pas très loin du box. Il m’installe dans un bureau où trois autres officiers sont là. L’interrogatoire recommence. Je leur explique mon histoire. Ils me fouillent, Ils fouillent ma sacoche, ils dépiautent mon portefeuille en inspectant chaque papier, ils comptent mon argent. Ils me demandent ce que je vais faire aux Etats Unis, pourquoi je veux y aller, combien de temps je veux rester, à quel endroit je vais dormir. Ils voulaient tout savoir. Puis, d’autres officiers arrivent. Comme il y avait personne dans le poste, forcément, ils s’occupaient avec moi. Ils me reposent les mêmes questions où je réponds avec un ton un plus agacé. Ils me font attendre encore 20 minutes. Finalement, ils reviennent en me disant c’est bon. Ils me conduisent cette fois ci au tamponnage du passeport. Ils me demandent de remplir un questionnaire qui contient les classiques questions (Êtes vous un terroriste? Êtes vous déjà venu au Etats-Unis?…). Ils me font payer 6 $ (4 €) pour tout ça. Puis, je suis retourné à ma voiture, J’ai vu qu’ il avait été fouillé partout. Mon sac à dos qui était sur le siège passager s’est retrouvé dans le coffre. Finalement, ça a duré une heure toute cette procédure. J’ai eu pas mal de stress même si le ton était toujours cordial. J’étais vraiment content d’être sorti de tout ça et enfin d’être rentré aux états-unis.
Suite à ça, j’ai foncé direction le sud puis j’ai rejoins la bonne route pour aller à Boston en faisant des détours dans la campagne américaine.

C’était vraiment étrange, dans certaines villes, j’avais l’impression d’arriver dans une secte. J’exagère un peu mais j’étais vraiment impressionné par la prolifération de ce drapeau, vous savez les espèces de bande blanche et rouge avec les étoiles sur le coté. Dans certaines villes, ils y en avaient partout: sur chaque maison, sur les bâtiments officiels et aussi sur les fils électriques. Désolé, j’ai pas pensé à prendre des photos pour vous montrer ça. Ça m’inspirait pas confiance. Je sais pas peut-être que j’ai pensé à ce nationalisme exacerbé qui engendre de l’intolérance ou le patriotisme qui pousse à la connerie. Le premier contact n’était pas facile. Je me suis arrêté à une station pour acheter une carte routière et je sentais que j’étais pas forcément le bienvenue par ici.
Avec ces péripéties, je suis arrivé tard à Boston vers 17h. La deuxième étape était de trouvé un coin en banlieue de Boston pour garer ma voiture. J’avais pris l’adresse d’un parking qui me semblait un bon endroit. Résultat des courses, je me suis complètement perdu et je n’ai jamais trouvé ce parking. Finalement, je me suis plutôt chercher un hôtel pour dormir et j’ai remis cette mission à demain.
J’ai trouvé un magnifique hôtel avec une chambre à 154 $ ( 104€) petit déjeuner inclus avec un lit king size (à l’américaine). Le lendemain, je suis reparti en mission avec beaucoup plus de succès. J’ai trouvé un parking d’une station de métro à 20mn du centre de Boston à 5$ (3.4€) par jour. Le problème est que la station était en travaux et donc j’ai pris un bus pour rejoindre la prochaine station. En me trompant une fois de bus et le temps de trouver le bon arrêt, j’ai mis une 1h30 pour rejoindre Boston. Ensuite, Il fallait que je trouve une auberge de jeunesse. Il m’a fallu encore une heure car la première était complète et la deuxième était un peu à l’extérieur de Boston. J’ai pu commencé à visiter Boston vers 15h de l’après-midi.
J’ai visité le centre ville et les principaux monuments de la ville. C’était très chouette. Une belle ville où il y a une bonne ambiance et on s’amuse bien. Rien à voir avec cette campagne américaine que j’ai pu apercevoir.

Vue de Boston :44319892 44319817

Concert dans un parc en centre ville de Boston

44319847

IMG_4342

Le dimanche soir, j’ai rejoins la première auberge de jeunesse que j’avais visité qui était beaucoup plus au centre. les auberges coutaient 35$ (23,7€) la nuit. C’était beaucoup plus dans mes moyens. Le premier hôtel, je ne pouvais pas me permettre de rester et surtout il était assez loin de Boston.
Lundi, ma prochaine étape était Cape Cod avant de rejoindre New York. Pourquoi Cape Cod? Des gens m’ont parlé de cette presqu’île entre Boston et New York avec ses magnifiques paysages et ses plages. J’ai une nouvelle fois galéré. Pour accéder à Cape Cod, il faut traversé un pont qui était en travaux et donc j’ai eu une heure de bouchon aller et retour. Pour un résultat assez médiocre:

44319961

J’ai pas pu rejoindre New York finalement, je me suis mis à chercher un motel dans la région en tombant sur New Bredford et je suis tombé encore sur un belle hôtel. Le Maitre d’hôtel m’a donné pour 150$ (102€) la suite lune de miel avec son jacuzzi. J’étais le roi. Je me suis regardé un film dans un bain de bulle. C’était marrant.

44319995

Après, je suis arrivé hier sur New York. Je me suis garé dans le New Jersey vers une gare pour 4$ par jour. J’ai pris le bus (la ligne était en travaux) pour rejoindre l’auberge de jeunesse. Cette fois-ci, je l’ai réservé avant. L’auberge est situé près de Harlem, Le prix du lit est le même qu’à Boston. J’ai donc visité le quartier, Lundi soir. Ce que je peux dire, c’est que le quartier ressemble aux films que l’on peut voir à la télé. La population est à 99% Noirs. Les gens trainent dans les rues avec des skates, des ballons de basket et des postes radio. J’avais l’impression de voyager dans mon enfance et de revoir des séries américaines ou des vieux films. J’ai même vu une arrestation en direct par des flics en civil avec la pose des menottes et tout le reste. Enfin bon, c’est clair que par rapport à Boston, ici, je me sens impressionné mais surtout moins rassuré.

Ce mercredi, J’ai été voir la statue de la liberté et le sud de manhattan. J’ai fait le bon de touriste de base qui suit comme un mouton. J’aime pas vraiment ça mais bon, ici, c’est une obligation si tu veux voir quelques choses.
Je vais continuer à visiter la ville jusqu’à vendredi. Samedi, je vais au New York Anime Festival revoir les AKB48 que j’ai vu à Paris. C’est bon ça.

Je vous dis à bientôt pour de nouvelles aventures.

2 réflexions au sujet de « Welcome to USA »

  1. Pense à te couper les cheveux RV, sinon les ricains vont croire que t’es un terroriste…
    Et vive les travaux aux States…
    Pense à aller voir le « Central PEEEEERRRKKK » de Friends !! Et prends les twin towers en photos !
    Tchuss

  2. Coucou Kiki,
    j’ai l’impression que tu profites comme il faut de ton Road trip. Même si parfois les rencontres ne sont pas les plus agréables, tu dois rencontrer beaucoup de gens; Tu fais un peu le milliardaire avec ton jacuzzi, n’oublie pas les potes.

    Biz Gregre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *