Ma cabane au fond du jardin

Après mon retour de voyage dans le nord est du Québec. J’ai commencé à chercher (un peu) du travail mais j’ai été interrompu dans ma recherche par Olivier qui m’a prévenu que sa sœur venait à Montréal et qu’il avait besoin de la chambre. C’était une bonne occasion de me bouger le derrière et surtout trouver un petit chez moi. Il est vrai que ça faisait déjà presque 2 mois que j’étais hébergé gracieusement et même si je n’ai pas été souvent là. ça faisait déjà beaucoup. Je les remercie d’ailleurs au passage de m’avoir supporté et accueilli comme un prince. 😉

Pour trouver ce nouvel appartement, j’ai cherché sur un site internet de petites annonces: des collocations, des appartements plus ou moins meublés et des chambres. Dans un premier temps, je voulais me trouver un appartement correct mais sans mettre trop chère puisque je n’ai pas encore de travail. J’ai été agréablement surpris par le nombre assez conséquent d’appartement. J’ai commencé à appeler et à prendre des rendez vous.

Premier appartement visité

L’appartement était une collocation avec un étudiant. Sur l’annonce, Il n’y avait pas énormément d’informations. Ça semblait pas trop chère environ 400$ (265€). Je commence à appeler et je tombe sur la mère de l’étudiant. Elle m’explique qu’ils viennent du Maroc et que son fils est ici pour étudier. Ils sont arrivés ensemble, il y a un an et elle doit repartir et donc son fils recherche un nouveau colocataire. Elle me demande si ça me dérange pas d’être avec un marocain. Je lui dit pas du tout. Je me suis jamais arrêté à ça. Je laisse les préjugés aux gens qui ne réfléchissent que par le bout de leur nez. Il faut connaître les gens avant de se faire une opinion.
L’appartement est situé dans le nord de l’île de Montréal. Un quartier assez populaire mais très calme avec un joli parc à coté et les rives du Saint Laurent pas très loin.
Le bâtiment est assez propre et l’appartement que j’ai pu voir était très propre. Malheureusement, il ne contenait qu’une seule et grande pièce. Et donc, on devait dormir dans la même pièce. Mais le prix annoncé était pour les deux colocataires donc avec les charges, ça revenait à 215$ (143€) tout compris sauf internet. C’est sûr que ça faisait pas chère mais bon je voulais quand même avoir un peu d’intimité, une seule pièce, c’était juste. C’est vraiment dommage. L’appartement était bien et je l’aurais bien pris pour moi tout seul sur le coup. L’étudiant Amine était sympa et sa mère aussi. Je l’aurais dit que ça correspondait pas trop à ce que je voulais. Je leur ai pas totalement dit non en me disant qu’au pire. Je ne serais pas si mal. Il est meublé, il y a une belle cuisine et un grand balcon.

Deuxième appartement visité

Une autre annonce pour un appartement semi-meublé mais cette fois-ci sans collocation. C’est un concierge anglophone mais parlant convenablement le français qui me reçoit. L’appartement est grand presque aussi grand que le premier mais sans balcon. Il est assez sale et ne contient que très peu de meuble donc un clic clac qui a dû faire la guerre 14-18. Il me demande 500$ (333€) tout compris sauf Internet. Je laisse tombé. Il est chère et surtout il est mal placé seulement accessible en bus qui passe 2 fois par heure.
La petite anecdote marrante : Au départ, j’ai parlé avec lui en français et il était pas très causant. A la fin d’une phrase, je rajoute un « it’s ok! » instinctivement. Et il me fait mais tu parles anglais. Je lui dis oui, ça va, je me débrouille. Il commence à parler et devient tout à coup beaucoup plus causant et je le sentais soulagé. A la fin, j’étais étonné de voir un anglophone être heureux de retrouver sa langue maternel plutôt que de parler français. Alors que d’habitude, c’est l’inverse pour moi. Je crois qu’il y a qu’à Montréal qu’on peut voir ça surtout avec le nombre conséquent de français.

Troisième appartement visité

L’appartement fait parti d’un assez grand immeuble qui est géré par un concierge. L’immeuble est nickel et l’appartement est pas trop mal situé dans Montréal : proche d’un métro à 20mn du centre ville. L’appartement que je visite est encore occupé par le locataire. C’est un appartement assez petit avec un grand lit double et très peu d’espace autour. Il y a une kitchinette et une toute petite salle de bain. Le locataire n’est pas là quand je visite et il y a un bordel monstre. Le concierge me rassure en me disant que tout va être nettoyé. Je reste sceptique surtout quand il m’annonce le prix plus de 550$ (365€). Quand je compare à ce que j’ai vu. Je dis non merci.

Quatrième appartement visité

La même chose, un appartement qui était dans un grand immeuble géré par un concierge. L’originalité est que les appartements peuvent être loués à la semaine pour des prix abordables (en tout cas, c’est qu’il y avait sur l’annonce). L’immeuble est idéalement placé dans le centre ville vers le plateau du Mont royal. L’inconvénient est que les WCs et les douches sont communes à 5 appartements. Je me présente au concierge pour l’appartement. Il me dit qu’il y a plusieurs appartements disponibles. Le premier qu’il me présente ressemble à l’appartement. Il est petit avec un grand lit. Bien-sûr le prix n’est pas le même que sur l’annonce. Il me le propose à 120$ (80€) la semaine soit 30$ de plus que sur l’annonce. En faisant les calculs dans ma petite tête, je vois que ça fait 550$ (365€) au mois. Je dis non et je lui dit que c’est trop chère. Et là, il réfléchit et me dit qu’il a un autre appartement plus grand pour 120$. Et là, je découvre un appartement beaucoup plus grand. avec 2 tables, une kitchinette, une commode, un placard, un grand lit double et une table de nuit. Je lui dit que c’est beaucoup mieux mais que les WC et les douches à partager avec les autres locataires, c’est pas terrible. Il me fait le coup que ça part très vite et que si je la veux pour le samedi suivant. Il faut que je me décide vite. Je me laisse pas avoir et je lui dit que ma décision attendra demain.

Cinquième appartement visité

Cette fois ci, c’est une collocation avec 3 personnes. C’est un grand appartement sur deux étages. Le rez de chaussé contient les chambres, la cuisine et les toilettes. Le sous-sol contient un grand salon, une salle de jeu avec un grand billard et un studio d’enregistrement. L’appartement appartient à un québécois, guitariste à ses heures perdues qui loue les trois chambres.
La chambre qu’il me propose est assez petite sans fenêtre. Elle contient un matelas par terre et un petit bureau. C’est pas extraordinaire mais je reste quand même sous le charme de la belle cuisine, du beau salon et surtout de la salle de jeu avec son vrai billard. Le gars avait l’air super sympa. Je dis banco. Je prends. Le prix reste aussi abordable, 360$ (240€) tout tout compris.

Toutes ces visites étaient sur 3 jours (mardi 28 octobre au jeudi 30 octobre). Quand je parle de tout compris, c’est l’eau (elle est gratuite à Montréal), l’électricité (à Québec, elle est pas chère du tout avec les nombreuses centrales hydroélectriques qui fournissent 90% de l’électricité) et le chauffage. Donc jeudi soir, tout content, j’ai trouvé un appartement. C’est tout bon.
Le vendredi matin, je devais rappeler pour donner le premier mois et amener des affaires. Mais étrangement, le matin, je me lève et je me pose des questions sur qu’est ce que je veux vraiment quand j’aurais un travail. Et je pense à un appartement assez grand, avec un grand confort. Je me dis qu’ici pour 700$ (465€) on peut avoir un superbe deux pièces. Je me dis donc que l’appartement que je vais prendre est encore un appartement temporaire et je vais rester dedans le temps de trouver un travail. Je réfléchis, les écureuils ramassent les glands, les mains grattent la tête. Je me résigne et je change d’avis. Je vais finalement prendre le 4ème appartement que j’ai visité avec la location à la semaine. Il y a une semaine de préavis si je veux partir. Il est idéalement placé pour le métro. Il reste pas très chère et il est correct.
Vendredi 31 octobre matin, j’appelle et je retourne pour prendre l’appartement. Le concierge me fait une petite blague et me représente le premier appartement qu’il m’a fait visité dans l’immeuble. Je lui qu’il m’a montré un autre appartement beaucoup plus grand pour le même prix. Il réfléchit et comprend son erreur mais me dit que celui là est plus chère à 140$ la semaine. Commence une négociation avec lui, je lui dit qu’il me la vendu à 120$ hier. Il me dit qu’il peut descendre à 135$, j’insiste un peu et je monte à 125$. Il me dit ok, c’est bon. Ouf. Sa femme qui gère les loyers et l’administration était en colère après lui parce qu’il avait tendance à la louer plus chère d’habitude mais bon c’est resté comme ça.

Il y a plus d’une semaine que j’ai emménagé dans cet appartement. Voici des photos:

46305552 46305545

Voili, voilou, bon, la prochaine fois, je vous parlerai de mon nouveau quartier et de hockey. En espérant que je trouve assez vite du travail.

Voyage, Voyage

Je vais vous faire un petit bilan du voyage dans le nord est du Québec comme j’ai fais pour mon voyage aux États Unis et je vous ferai ensuite un état général de mes finances depuis mon arrivée. Je parle souvent d’argent, autant être transparent jusqu’au bout.

Voici la carte avec les différentes étapes de mon voyage au nord est du Québec:

46171031

Vous pouvez retrouver les détails avec les étapes par ici

Je suis parti de Montréal, le vendredi 16 octobre et je suis revenu le samedi 24 octobre. J’ai parcouru 2486 km (compteur voiture) mais réellement j’ai fais 2100 km. J’ai visité en voiture beaucoup de parcs et de villes.

Voici les différentes étapes:
– Vendredi 16 octobre : arrivée à Québec
– Lundi 19 octobre : arrivée à Tadoussac en passant par les chutes du montmorency
– Mercredi 21 octobre : arrivée à Saint Anne des Monts en passant par Baie Commeau et en traversant le Saint Laurent
– Jeudi 22 octobre : arrivée à Percé en passant par Gaspé
– Vendredi 23 octobre : arrivée à Rivière du loup
– Samedi  24 octobre : retour à Montréal

Je suis donc resté 8 jours et 7 nuits:
– Québec:  3 nuits
– Tadoussac : 1 nuit
– Saint Anne des Monts : 1 nuit
– Dans les environs de Percé : 1 nuit
– Rivière du loup : 1 nuit

Pendant ce voyage, j’ai rejeté environ 600kg de CO2 dans l’atmosphère. Il faut que je plante 60 arbres pour compenser ce rejet.

Bilan financier

Ceux qui n’aiment pas les chiffres, passez votre tour…

Pour éviter de faire systématiquement des conversions, les chiffres sont tout en euros. Et je vais arrondir le plus possible. Le but est de faire un bilan sur les deux mois qui se sont écoulés depuis que je suis arrivé. Je commence par vous donner à titre d’information, l’argent que j’avais au départ puis les différentes dépenses sur les deux mois.

L’argent disponible

Je suis arrivé au Canada avec une somme d’argent en liquide que j’ai déposé à la banque (3250 euros) puis j’ai fais un virement de 3000 euros par la suite sur ce compte. C’est mon budget de départ pour venir ici. En enlevant les frais bancaires. Je me retrouve avec 6000 euros environ.

Ensuite, j’ai laissé sur mon compte courant français environ 4000 euros pour les « on ne sait jamais ».

Les dépenses

La première semaine: j’ai acheté une voiture. Elle m’a coûté 1700 euros. Il faut ajouter 130 euros d’assurance sur les deux mois. J’ai acheté également un téléphone portable. ça m’a coûté 80 euros (l’achat et le forfait).

Ensuite, je suis parti aux états-unis. J’ai pris 200 euros en billet de dollars US retirés sur mon compte canadien. Là bas, je ne pouvais qu’utiliser ma carte visa française pour les payements et les retraits. En 15 jours, j’ai dépensé sur mon compte français:
2500 euros réparti de la manière suivante :
– le transport (les frais d’essence et les transports en commun) : 20%
– la nourriture : 20%
– le logement : 40%
– les sorties (musées, monuments…) : 8%
– les souvenirs : 8%
– les taxes bancaires : 4%

Ensuite, il faut ajouter les 4 jours passés en Ontario (Niagara falls, Toronto et Ottawa). J’ai dépensé 200 euros avec une répartition un peu près équivalente.

Le voyage dans le nord-est du Québec m’a coûté 700 euros pour 8 jours de voyage réparti:
– le transport (les frais d’essence) : 27%
– la nourriture : 15%
– le logement : 28%
– les sorties (musées, monuments, ballades…) : 10%
– les souvenirs, les vêtements : 20%

Si je compte la nourriture et les dépenses courante quand j’étais à Montréal, j’ai dépensé environ 1500 euros dans les deux mois.

Si on fait le bilan des dépenses en deux mois sur les voyages et la vie à Montréal au total : on arrive en gros à 7500 euros de dépense.

Je me retrouvais fin octobre avec encore des économies sur mon compte français mais plus énormément d’argent sur mon compte canadien. Je me suis mis donc dans la tête de trouver très vite un travail pour le remplir sans avoir à encore toucher à mes économies en France.

Il y a un événement qui va bouleverser tout ça. Comme vous le savez, avant de partir dans le nord est du Québec, j’ai eu ce fâcheux accident qui a retardé mon voyage. Je suis parti avec la voiture de location louée par l’assurance en attendant d’avoir des nouvelles de ma voiture. En rentrant, l’assurance m’a prévenu que ma voiture va partir à la casse et donc que je ne la récupérais pas. Un expert est passé et a évalué ma voiture à 3942$ (2480 euros) alors que comme je l’ai dit précédemment je l’ai payé 1700 euros! ils m’ont donné presque 800 euros en plus! En récupérant le chèque, ils m’ont prévenu que je vais être remboursé une partie des taxes. J’ai payé des taxes pour un an d’immatriculation et en réalité, cette voiture n’a été immatriculé que deux mois. Donc, ils vont me rembourser la différence. je pense à peu près 100 euros. Moi,  je dis c’est la fête!

Là, mon compte canadien refait un bon tout d’un coup! Pour l’instant, je profite encore un peu de ce nouveau pécule sans trop me prendre la tête pour l’instant avec le travail mais ça va venir, ne vous inquiétez pas.

Aller, prochain post, je vous parle de mon nouvelle appartement et comment je l’ai trouvé.

@ bientôt (très bientôt)