Mode concert : ON!

Désolé, je n’ai pas mise à jour ce blog depuis un petit moment. Je crois que c’est dû à la dose d’émotions pendant les concerts que j’ai reçu cette semaine. J’ai dû mal à m’en remettre. Heureusement, j’ai pris une journée de repos.

Depuis mon dernier message, je suis passé à Osaka pendant deux jours. J’ai simplement visité le centre névralgique de la ville. J’ai mangé la spécialité de la ville : des okonomiyaki.

64410022 64409987

Depuis que je suis ici, je trouve encore le Japon plus fantastique que l’année dernière. Je rencontre un nombre incalculable de personnes, toujours prêt à communiquer et à discuter. On aurait pu croire que depuis les derniers événements les gens auraient la tête à autre chose ou et qu’ils seraient plus renfermés mais il n’en est rien. Ils sont encore plus sympathiques.
Par exemple à ce restaurant d’Osaka, je m’installe à la table comme vous pouvez le voir et à un salaryman s’installe à coté. Il semble pas être du coin un peu comme moi. Il engage la conversation en anglais  avec les questions habituelles et il se trouve qu’il connaît bien la France. Forcément, moi toujours prêt à discuter et lui semblait un peu seul à Osaka, on a passé un moment ensemble. On a parlé de la France, du Japon et plein d’autres choses. On a rigolé sur beaucoup de clichés. Il semblait pas être dans la misère. Forcément, il travaille pour le gouvernement et fait des conférences sur l’énergie. Il est venu beaucoup de fois en France pour son travail. Il avait une conférence ce matin à Osaka et il a pris un peu de temps libre avant de rentrer sur Tokyo le lendemain. Comme d’habitude, j’ai toujours remarqué ça, les japonais n’aiment pas parlé de leur travail. Ils sont toujours très brefs sur ce sujet et ne s’étendent pas là dessus. En tout cas, après quelques bières, deux okonomiyaki et un saké frais qui me tenait à me faire goûter, je suis sorti bien plein! Il tenait à tout payer pour la soirée mais heureusement j’ai réussi à en payer une partie. Comme je lui disais, je n’aurais pas l’occasion de lui rendre.

Je me suis trouvé un petit hôtel dans un quartier qui craint. Enfin il craint à la hauteur du Japon. C’est à dire qu’il y a beaucoup de sans abris mais il reste là sans rien dire dans leur condition précaire. La chambre faisait 7m² et il y a un tatami avec le lit typiquement japonais et une télé encastré dans le mur et tout ça pour 1500 yens (14 € la nuit).

Voici la chambre en le capharnaüm:

64410637

Le lendemain, je suis allé à Yamaguchi qui est à 4 heures de train de Osaka pour une journée. Après être arrivé à la gare, j’ai marché pendant 30mn et je suis tombé sur une salle de concert avec des gens tout en rose. Je regarde dans ma poche et oh surprise, j’ai un ticket pour le concert des momusu (le groupe que je suis allé voir l’année dernière à la Japan Expo) qui va voir lieu dans quelques heures dans cette salle. Quel coïncidence! 😀 Un beau concert qui forcément n’a rien à voir avec celui vu en France. un peu comme une drogue quand on a vu un, on a envie d’en voir d’autres, je retourne ce weekend les voir à Tokyo.

Un petit Shinkansen dans lequel je suis monté, ils ont toujours autant la classe.

64410491

Ensuite, le samedi, j’ai retrouvé les jeunes mariés et la famille pour un pique-nique dans le parc de Yoyogi. Le temps que j’arrive à Tokyo, que je trouve l’auberge de jeunesse, que je reparte, que je les appelles, que je me perde et que je les retrouve j’ai manqué le pique-nique. :/
Heureusement ensuite, il y avait une soirée dans un bar dans la banlieue de Tokyo avec les anciens collègues de Robert. J’ai retrouvé d’ailleurs beaucoup de gens de Naeba. Là où j’étais skié l’année dernière et où travaillait Robert.
J’ai rencontré un ami de Taeko qui est originaire de la préfecture d’Iwate, L’une des régions touché par le tsunami. Il m’a raconté qu’il a perdu son oncle dans la catastrophe et que la maison de ses parents est totalement détruite. Il m’a montré des photos où voit des tas de débris et des voitures retournés. C’est étrange car tout le monde était attristé par son histoire mais lui gardait le sourire. Je me demandais comment il faisait et j’imaginais la même chose pour moi. Je pense qu’il voulait pas nous mettre mal à l’aise et garder sa dignité. Une belle leçon pour nous qui je suis sûr serait prêt à pleurer sur notre sort.

Ensuite les jours suivants, j’ai enchaîné les concerts jusqu’à aujourd’hui. Mon compatriote eva s’est joint à la partie. Plus on est de fou, plus on rit. 🙂 La meilleure chose à faire de toute manière cette semaine les japonais sont en vacances et il y a du monde partout, il est dur de circuler. Par exemple, des japonais m’ont raconté qu’ils ont fait 5 heures de queue au zoo de Ueno pour voir le panda que le japon a reçu récemment de la Chine. Ils ont bien du courage. Je suis bien mieux dans une salle de concert.

D’ailleurs pendant ces concerts, j’ai rencontré beaucoup de fans bien sympathiques et quelques copines aussi…

64410826 64410450 64410430

On a aussi passé une nuit au karaoke. C’était bien sympa.

Je suis actuellement logé à Asakusa dans une auberge de jeunesse où je vais rester jusqu’à la fin de mon voyage. Elle est très calme et il y a pas grand monde et beaucoup de japonais. J’ai rencontré quelques voyageurs canadiens et hollandais qui faisaient le tour d’Asie (Chine, Thailande, vietnam, Laos…) et comme le cycliste belge, ils tombent amoureux du Japon. Non, mais quelle idée aussi d’aller autre part qu’au Japon. :p
Je dis ça mais ça craint le Japon. Oublier ce pays. Il y a des gens qui vous parlent, c’est cher, vous avez le porte feuille qui demande qu’à s’ouvrir à tous les coins de rue. N’ayez pas l’idée de venir.

Pour le week end prochain, je repars en concert. C’était tellement bon que j’y retourne. o/ La semaine prochaine je referais mon mode touriste et visiter quelques endroits où j’ai pas mis les pieds.

@+!

Une réflexion au sujet de « Mode concert : ON! »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *