Le typhon des popop

Lundi 16 septembre

Le matin a lieu le passage du typhon. Je reste bien tranquillement chez moi. De ma fenêtre, je regarde les bourrasques de vent et les vagues de pluie qui s’abattent dans le quartier. Il n’y a rien d’exceptionnel, j’ai déjà vu pire. Il y a un corbeau qui croasse sans arrêt, j’aimerais bien lui faire sa fête. Vers 12h, ça se calme. Il est temps de partir pour voir cette fois-ci un vrai typhon, le typhon des popop.

IMG_4119

Sur place à l’Akasaka Blitz, juste avant les deux concerts, pour l’achat d’un single ou pour 1000 yens de goods, on a le droit de participer à un high five. C’est la bonne occasion de taper dans leur main pour leur souhaiter du courage pour les deux concerts. C’est sympa, c’est bon enfant, c’est popop.

IMG_4117

Pour le premier concert, j’essaye de me ménager un peu car un concert des popop c’est intense alors deux concerts, c’est un coup à finir au urgence si on ne fait pas attention. Ça tombe bien pour le premier je suis au fond avec un groupe assez calme qui ne bouge pas beaucoup, ils sont un peu là en touriste. Pour le deuxième, Albatruc me rejoint et là on se place avec un bon groupe, des bons furieux. Il y a même un journaliste, un fan des popops qui nous interpelle en anglais. On discute 5 minutes avant le concert , je lui parle de la découverte des popops au Live Gate l’année dernière, de Osaka, de Nagoya et même des kenshuusei. Il me raconte qu’il a découvert les popop en faisant des reports des concerts et qu’il a accroché et depuis il les suit partout. Il est sympa.

news_large_upupgirls_20130920_01

Pour ces deux derniers concerts de la tournée, ils ont prévu des petites surprises par rapport aux concerts de Nagoya et de Osaka. A chaque petite pause, il y a un petit film résumant les grands moments de la tournée. On voit des images des différents concerts, les festivals où elles ont participé,  les coulisses, les voyages, les répétions et les préparations. C’est amusant. On voit les moments de galère où elles font des concerts dans des endroits minuscules, les festivals avec les grosses chaleurs de l’été. Des moments drôles où elles délirent pendant les attentes avant de rentrer sur scène ou pour prendre le train. Il y a surtout un dernier petit film après le premier concert, après le encore et le dernier morceau au moment où on est censé partir. Elles reviennent sur scène, elles s’assoient par terre face à l’écran et regardent avec nous la surprise préparée par le staff. Il y a toujours des images de la tournée mais avec à la fin une grosse surprise. Avec beaucoup de suspense, elles apprennent d’abord la sortie du nouveau single prévu pour le 30 octobre et surtout une nouvelle série de concerts prévue pour le mois de décembre et janvier dans des  grosses salles équivalentes à l’Akasaka Blitz. On dirait bien que c’est peut-être fini les garages, les salles des fêtes et les hangars de camion. Elles reviendront également à l’Akasaka Blitz pour le jour de l’an. Une dernière image se termine sur le Nakano Sun Plaza. Le prochain objectif du groupe.

La setlist des deux concerts:

  • SAMURAI GIRLS
  • Summer beam!
  • Marvel Hero
  • Mecha Kyun♡Summer (‘▽`)ノ
  • Barbare I LOVE YOU
  • Yuudachi! Through the Rainbow
  • Widol seven
  • Kakko Tsukete Idesho!
  • Burn the fire!!
  • UPPER ROCK
  • RespecTokyo
  • Up Up typhoon
  • Chopper☆Chopper
  • Uppercut!
  • Onegai Miwaku no Target
  • Ginga JouJou Monogatari
  • <Encore>
  • Summer beam! Apuga no natsu MIX

La performance de Widol seven :

Les moments forts du concert ? Heu on va parler des moments faibles plutôt : …

Voilà, c’est fait. Oui, il y en a pas.

news_large_upupgirls_20130920_49

Je pourrais vous parler de chaque titre avec la même ferveur et la même intensité. Les concerts sont violents de bout en bout sans moment faible, aucun. J’en parle bien-sûr sans fanatisme. J’aime tous ces moments où on se sent en communion avec elles. Elles donnent sur scène, on donne dans la salle. C’est du 50 / 50. J’aime Akari détruire des tuiles en un coup de poing. J’aime quand Mana impose le respect sur RespecTokyo. J’aime Konatsu et sa violence naturelle qui me pousse à l’être aussi. J’aime Moritty parce quand elle fait de la boxe, elle ne rigole pas. J’aime Ayano parce qu’elle est sourire à elle toute seule. J’aime Miko parce qu’elle me fait peur quand elle a un sabre dans les mains. J’aime Azusa parce que même blessée, elle ne perd pas le sourire et participe comme si de rien n’était. J’aime ces passages de communion dans le public où on se réuni comme sur Barebare I love you. J’aime ces moments où toutes les filles sont supportées à l’unisson. J’aime ces morceaux qui ont des passages extraterrestres comme du enka pour up up typhon ou le passage jeux vidéo 8 bits pour seven widol bien-sûr tout en gardant un rythme bien violent où on donne tout. J’aime finir le concert où je suis exténué où j’ai l’impression d’avoir été bloqué dans une boucle spatio-temporel en oubliant tout et ne pas avoir vu le temps passé. oui, encore une fois, je crois que j’aime les popop.

Les popop, c’était un vin assez jeune que j’ai découvert l’année dernière mais qui méritait à l’époque d’être vieilli en fût. Et là j’ai l’impression d’avoir rebu ce vin et c’est un millésime 20 ans d’âge. Je le sens maintenant qu’il mérite encore de vieillir pour atteindre la perfection.

extention

Liens et source des photos:

Des Oeufs

Dimanche 15 septembre

En début d’après-midi, je pars pour Yokohama pour un concert. Un concert un peu spécial puisque je retrouve les kenshuusei et les Juice=Juice au Yokohama Blitz. Les kenshuusei, ces idoles en formation font des concerts de temps en temps pour montrer de quoi elles sont capables. Elles sont très peu présentes et il est difficile de les voir et les DVDs des concerts quand il y en a, sont introuvables. Les Juice=Juice sont également de la partie, elles sortent toutes des kenshuusei et comme le groupe est encore nouveau, elles sont logiquement encore associées.

eggshow2013_9

J’aurais dû à l’origine partir dès le matin pour faire un passage dans le quartier  chinois de Yokohama mais vu le temps exécrable, je laisse tomber. Il pleut, il y a du vent, les prémisses du typhon prévu pour le lendemain sont là. De plus, j’apprends une mauvaise nouvelle : Karin sera absente pour cause de maladie. La motivation tombe au plus bas. Finalement, j’arriverais que pour le concert.

Pour le premier concert, je suis au fond mais genre au fond au fond. Il y a une fosse pour les gens qui veulent rester debout mais plutôt que de la mettre devant comme d’habitude, elle est toute au fond. Derrière tous les gens assis. C’est loin mais on va dire ça permet de se mettre en jambe.
Pour le deuxième concert, je suis beaucoup plus devant, rang 5. Je retrouve Fuku qui a le même rang que moi en demandant poliment à mon voisin de changer  finalement, on se retrouve à coté.

De manière général, le niveau est bon. Il y a des absentes de poids : Karin bien-sûr, Murotan, Rikako (snif, snif) et Kurumi. Les plus expérimentés comme les Juice=Juice prennent la majorité des lignes et sont mises en avant. Sayubee en prend un maximum. C’est juste magnifique. Sa voix est un joyau. Sur Rival des Berryz, elle fait aussi bien les lignes aiguës que les graves sans donner l’impression de forcer, c’est un régal. Je suis encore à me demander pourquoi elle n’a pas été mise en avant plus tôt. C’est pour moi la grosse confirmation qu’elle est vraiment bien bien. Mais il y a aussi d’autres talents comme Hamechan, Taguchi, Maria ou Kaedi. Il y a un bon réservoir de talent.
Les MC sont présentés par Goro, le tarento qui a toujours un mot pour faire rire le public.  A chaque MC, il y a 5 kenshuusei et  elles doivent répondre à des questions/réponses pendant 30 secondes sur différents sujets comme la nourriture, les loisirs… Je ne comprends pas grand chose sauf que la France est souvent cités quand on parle de pays étrangers.

Sinon la belle surprise est l’annonce d’un nouveau titre pour le groupe : Oheso no Kuni Kara Konnichiwa. C’est encore un bon titre à suivre.

la setlist des concerts:

  • Ten made nobore! (Hello Pro Kenshuusei feat. Juice=Juice)
  • Majidesu ka suka! (Morning Musume) –
  • Tokimeku Tokimeke (Morning Musume) pour le premier concert et Hatachimae no Onna no Ko (°C-ute) pour le deuxième concert
  • Romansu no Tochu(Juice=Juice)
  • Watashi ga iu mae ni dakishimenakya ne (MEMORIAL EDIT)(Juice=Juice)
  • Samidare Bijo ga sa midareru (MEMORIAL EDIT)(Juice=Juice)
  • Please Miniskirt Post Woman (S/Mileage)
  • Nandakanda de Ii Kanji!(Berryz Koubou Chinami – Maasa)
  • Koi Itoshiki Kisetsu (Berryz Koubou Captain – Miya – Risako)
  • Kare to Issho ni Omise ga Shitai! (Morning Msusume)
  • Soku Dakishimete (2012 Ver.) (°C-ute)
  • Asian Celebration (Berryz Koubou)
  • The Matenro Show(Morning Musume)
  • Rival (Berryz Koubou)
  • Kanojo ni narita i~tsu!!!(Hello Pro Kenshuusei)

Après le concert, je retrouve Fuku et quelques amis à lui et on décide de faire un nabe à volonté sur Shibuya. La formule est simple. Vous avez au milieu de la table une grosse marmite séparé en deux avec deux sauces aux choix qui bouent. Vous allez vous servir en légumes à un buffet (choux, pousse de soja, champignons…) et vous demandez des filets de viandes que vous voulez (boeuf, porc ou poulet). vous mélangez tout ça et ça cuit en 10 minutes. Vous vous servez directement . C’est une heure top chrono à volonté. On enfile les plats de viande, on fait des aller-retour pour les légumes, ça n’arrête pas. C’est un régal. On en ressort le ventre plein à ras bort pour pas très chère finalement 2000 yens chacun.

Attraction Idolesque

Samedi 14 septembre

Aujourd’hui, c’est visite d’un endroit de Tokyo où je ne suis jamais allé ou du moins je ne me rappelle pas être allé : le quartier du Tokyo Dôme.

IMG_4092

C’est un très grand stade de 55 000 places qui peut accueillir des concerts mais surtout c’est le terrain de l’équipe de baseball local les Yomuiri Giants. Rien d’exceptionnel Il ressemble à une coquille d’œuf. C’est rigolo, j’imaginais un Caliméro géant en dessous.

IMG_4086

Ensuite à coté, il y a un parc d’attraction avec un circuit de montagne russe assez impressionnant. Il s’appelle le Thunder Dolphin et il est d’après mon pote wikipedia le 7ème plus haut circuit de montagne russe du monde.

IMG_4071

Je suis sûr que vous vous dîtes à ce moment là : ah ouai terrible!!!, alors tu l’as fait? C’était comment? Je vous arrête tout de suite, la réponse est non, je ne l’ai pas fait.

En fait, je ne suis pas venu là par hasard, genre touriste qui visite. Je n’aime pas le baseball et les parcs d’attractions c’est pas ce qui m’intéresse le plus. C’est cool mais seulement à plusieurs, tout seul bof. C’est plutôt cette affiche qui m’intéressait:

IMG_4083

Et oui, des idoles encore des idoles. Un petite scène extérieure en plein milieu du parc d’attraction est aménagée pour 3 petits showcase d’une demi-heure avec serrage de paluche à la fin tout ça pour la modique somme de 3 singles. Oui avec les idoles, on paye en single.

IMG_4082

La meilleure des attractions, non ? Mais si de quoi égayer les familles, les enfants et tout le parc de manière générale car il faut dire ce parc est minuscule et il ne serait pas envahie par les foules si les Juice=Juice n’étaient pas là. Encore une fois comme au Sunshine, les petites Kenshuusei étaient présentes. A chacun de mes passages, j’essaye de parler de la France (lobbying oblige) et de les complimenter. Je tente un « merci beaucoup » à la fin mais mise à part Yuuka qui essaye de me répondre, personne ne réagit. Elles restent bouche-bée sans trop savoir quoi dire. Ça marchait mieux avec les °C-ute l’année dernière. :p

Après ce bon petit moment, je rejoins Albatruc et Ismath à Akihabara pour aller au Backstage. Aaaah le Backstage, c’est ce fameux bar où j’étais allé l’année dernière, un mélange de maid café et d’idoles. Pour rappel, les serveuses sont habillés en uniforme qui fait plus idoles qu’en classique soubrette comme dans un maid café classique et elles chantent sur une scène en solo ou de temps en temps à plusieurs. Il y a pas de soumission ou de jeux, on peut simplement leur parler de tout et de rien. Le but est de faire consommer et de rester le plus longtemps possible pour récupérer des points (1000 yens = 1 points) et de donner ces points à sa préférée. Il y a ensuite un classement mensuel qui permet aux serveuses les mieux classées de chanter, de faire des émissions télés ou de faire partie du prochain single. Depuis l’année dernière, le concept a bien marché. Elles ont sorti des singles et le bar est très fréquenté. Ce soir là, la préférée d’Albatruc chantait en solo : Kaotan. Elle est bilingue (anglais / japonais) et chantait des chansons anglais. Je suis jamais fan des japonais qui chantent en anglais mais là c’était impressionnant : une voix mais une voix comme j’en ai jamais vu ici au Japon. On est plus du tout dans le genre karaoke où on fait des reprises et on essaye de chanter. Non, là c’est du très très haut niveau. Un moment elle est partie sur une chanson d’opéra. Je suis resté scotché à ma chaise et à me demander qu’est ce qu’elle faisait là avec une voix pareil. On est resté une heure, une heure de bonheur. Comme c’est facturé 600 yens la première heure puis il faut ajouter encore des frais pour toute demi-heure supplémentaire. On a pas cherché à aller plus loin. Et finalement Ismath et moi on a fait notre carte pour être « producteur ». C’est à dire on a un compte sur le site où on peut se connecter et avec nos premiers points on peut les donner à qui on veut. Je ne suis pas un grand fan du bar mais de temps en temps pourquoi pas, pour se changer les idées.

Rock dans tes running

Vendredi 13 septembre

Levé assez tôt. Je me dis qu’il est temps de faire une petite course. Le running fait parti de mon programme. Donc, il est temps de s’y mettre. Je regarde la température avant et je vois qu’il fait 28°c. Depuis que je suis arrivé, le temps assez clément. Il fait chaud mais pas trop. C’est supportable. Il y a juste une nuit où je me suis fait avoir. J’ai pensé naïvement que la température baissait pendant la nuit, en me couchant j’éteins la climatisation, tranquille. Je me réveille en sueur, le tee-shirt trempé. La chaleur s’accumule la nuit dans l’appartement, c’est horrible. Moralité : toujours la climatisation allumé le soir, il faut. Je n’oublierai plus.

Pour une première sortie je tente le tour du parc Ueno.parcoursUeno

C’était très dur.  La chaleur et surtout les variations de température sont les principales causes. On passe souvent à du « ah on est bien à l’ombre, il y a un petit vent c’est cool » à du « C’est quoi cette chaleur??!  j’ai l’impression d’être dans un four à 240°c! Arrêtez ça! ».

En fin d’après-midi, je rejoins Albatruc pour un concert.

jejejet_afficheUn concert très spécial qui réunie plusieurs artistes rock avec les Passpo. Les Passpo est un petit groupe d’idole, que j’ai découvert à la Japan Expo 2011.

 

C’est frais, c’est entrainant. C’est bien.

Les artistes passent les uns après les autres et reste de 15 à 45 minutes selon l’importance du groupe. Les passpo interviennent souvent entre les changements de groupe pour faire les MC et amuser le public en attendant le groupe suivant. Elles chantent également avec certains groupes. Ensuite elles passent en dernier pour 45 minutes de concert accompagné de musiciens composés par un mélange de tous les autres groupes passés précédemment. Les styles sont très mélangés. On passe du pop rock classique, à un son rock plus dur et même du rock gros métalleux style Sepultura de la grande époque.
C’était dur parfois. Les oreilles ont saignés mais juste pour le final avec les passpo avec un vrai groupe derrière, ça valait vraiment le coup. Il y avait une force qui se dégageait, c’étaient beau à voir.

Les groupes qui m’ont marqué.

Band-Maid : un petit groupe de maid qui font du rock. Elles étaient très énergique. Le genre de maid qui serait capable de t’obliger à faire le ménage si elle venait chez toi.
Ensuite, un groupe de rock vraiment sympa : GrandStand. Du bon rock avec des changements de rythme, une bonne entente entre les deux chanteurs et quelques passages raps de temps en temps. C’était bien.
Le reste était complètement insignifiant et oubliable. La musique était sans originalité et  Ils chantaient la plupart du temps en anglais avec beaucoup de yaourts. J’ai l’impression de me voir au karaoke quand je ne connais pas les paroles.
Il reste juste en bonus. Le groupe qui a fait perdre deux oreilles à tout le public : United. Le groupe de vieux metal.

Avec Albatruc, on était au fond de la salle car déjà avec les groupes précédents, ça pogotait pas mal mais quand ils sont arrivés,  le cercle s’est agrandit dangereusement. On était obligé de se reculer derrière les barrières pour ne pas finir avaler par la grosse machine à laver. Quand les japonais se lâchent, ils se lâchent et ils font pas semblant. Le détail intéressant et c’est là qu’on sent qu’au Japon il y a vraiment une tolérance et aucune gène dans le mélange des genres. Morishi et Mio Mio sont intervenus pour participer et essayer de chanter avec eux sans aucune gène ni pour les metalleux et ni pour les idoles. Des wotas pogotait avec des sticks, c’était très drôles à voir.

 

C’était une belle découverte, merci au Passpo.

PASSPO☆ PASSPO☆チャーター便フライトツアー in Summer Vacation!!

 

Une semaine déjà!

Désolé pour le retard sur les mises à jour mais être en vadrouille en permanence, ça ne facilite pas le travail. Je pensais faire beaucoup d’effort cette année mais comme d’habitude, j’ai été naïf. Le temps ne passe pas pareil ici. Le point positif c’est que j’ai pris des notes pendant cette semaine écoulée pour ne rien oublier de ce qui m’a marqué.

Vendredi 7 septembre

Premier jour après une journée de repos. Je pars dès le matin avec mon colocataire Elsy pour faire du shopping. C’est facile, c’est un peu l’activité de base au Japon. Tout votre argent doit disparaitre, c’est comme ça, c’est la règle. Comme un ami Fuku n’a pas pu me récupérer de place car sold-out, on commence d’abord par Harajuku pour récupérer une place de concert pour les popop pour le dimanche à Nagoya. Une grand surprise, les places sont bradés et pour 3000 yens (la place vaut 3800 yens normalement), j’ai une place en milieu de salle. Je regarde rapidement les places pour Tokyo le 16 septembre et là les prix sont complètement craqués avec des places à 30 000 yens et voir 60 000 yens pour être tout devant. Heureusement, j’ai mes places, au fond de la salle mais au moins, j’en ai deux (il y a deux concerts) et au prix de base toujours 3800 yens. On passe un peu de temps à la Tower Record de Shibuya pour acheter quelques cds qui me manquaient et des magazines essentiellement.

IMG_3952Ensuite, direction le Sunshine City à Ikebukuro pour l’event du jour : les popop! Elsy m’accompagne en trainant un peu les pieds ne connaissant pas le groupe et  l’ami Fuku nous rejoint. Ce jour-là sort leur nouveau single Samourai Girls.

Elles font un petit showcase avec un handshake pour ceux qui achètent le CD. On retrouve l’esprit Popop que j’ai connu l’année dernière. Je reconnais beaucoup de fans. On est pas nombreux, c’est très famille. Le show case se passe à merveille. Je les avais vu l’année dernière et là encore elles ont bien progressé. Le single Samourai Girls est bien bien. Le petit détail rigolo est que l’année dernière au Sunshine, Elles chantaient Going my way et certains avaient des gants de boxe (référence à la chorégraphie où elles simulent un match de boxe) et cette fois-ci les fans avaient un katana en plastique pour Samourai Girls. Elsy me sort en sourire en coin : « Ah ouai, c’était pas mal… ». Pour ne pas avouer qu’elles sont géniales.

Le vendredi soir, je quitte Tokyo pour prendre le bus de nuit. Départ à 00h30 pour arrivée à Osaka à 8h30.

Samedi 8 septembre

A Osaka à 8h30, j’arrive assez fatigué. Le bus était confortable, on a un siège qui se baisse bien avec support pour les pieds, coussin pour la tête, petite couverture pour les jambes et un cache lumière. J’ai dû dormir 4~5 heures. Le bus s’arrête quand même tous les deux heures avec une annonce qui te réveille à chaque fois.  Mais d’un pas décidé, je traverse la ville du nord au sud en direction de mon hôtel pour le soir: 2 heures de marche normalement. Je commence par un quartier très animé où à cette heure, des gens sont dans la rue en train de cuver ou des masseuses ont l’air d’avoir bien massé pendant toute la nuit. Je passe ensuite à travers Namba et je suis toujours étonné par les variétés des boutiques et les décorations pour attirer le touriste.

IMG_3995 IMG_4001 IMG_3996

Je passe à la boutique Glico et je craque sur un truc un typiquement japonais.

IMG_4050 IMG_4052

Le sabre laser de Dark Vador est très bon.

A 11h30, j’arrive à mon hôtel. Comme je ne reste qu’une nuit, j’ai pris un hôtel miteux avec une chambre tatami avec un futon et une télé comme j’avais pris il y a 2 ans pour seulement 1500 yens. Le quartier est très mal fréquenté. Il y a beaucoup de sans abris, des gens qui trainent, des masseuses et l’enfer du patchinko. Mais c’est le Japon, je sais que je ne crains pas grand chose. Tout le monde s’en fou de l’étranger qui passe à coté. Je prends ma chambre et le temps de poser mes affaires de prendre mon temps avec un bain dans le bain public. Et c’est reparti. Je repars cette fois en métro pour un concert des popop dans une petite salle situé dans une petite rue. Pas facile à trouver. Mais genre vraiment pas facile.

Vous la voyez la salle?

IMG_4017

Mais si, sur la droite.Là:

IMG_4018

si si c’est une salle. C’est une salle assez grande qui peut contenir 700 personnes. Le problème est que comme la rue est une rue marchande on ne peut pas tous rester trop devant et donc le staff nous demande d’arriver 10 minutes avant le concert et attendant de se balader dans la rue sans être trop regrouper. Très respecté, on fait des aller retour dans la rue en attendant.

Le concert était bien. La setlist est composé que de leur album avec leur reprise fétiche Onegai Miwaku no Target  des Melon Kinenbi. L’ambiance était électrique. Il n’y a pas eu un seule temps mort c’est du 100% pendant 2 heures avec les filles survoltées sur scène malgré que Seki dû à une blessure au pied est obligée de rester assis. Je suis placé au fond de la salle, très loin de la scène mais malgré ça j’ai pris vraiment du plaisir et j’ai hâte d’être à Nagoya le lendemain. A la fin du concert, on repasse pour un high five. Seki tilte en me voyant et me fait un grand sourire surprise et Moritty me parle en français en me disant un grand merci. Après c’est retour à l’hôtel pour récupérer et partir le lendemain pour Nagoya. Je prends des sushi en passant. Dodo.

Dimanche 9 septembre

7h du matin, réveil tôt. Je prends à 8h un bus de jour pour Nagoya. La durée du voyage est de 3h. J’ai une place en « theater ». Et en fait, j’ai le droit à ça :

IMG_4023

Un écran où on peut regarder la télévison, des films ou des documentaires. Il y a également une manette qui permet de jouer à des jeux mega drive.

IMG_4024

J’essaye de jouer à tous les jeux de mon enfance : sonic, alex kid, shinobi… mais au bout d’une demi heure, je vois que je n’ai pas perdu la main, je suis toujours aussi nul. Je passe le reste du temps à dormir.

11h30 arrivée à Nagoya et direction la salle de concert. En passant, je me prends un bon bol de ramen histoire de récupérer des forces.

IMG_4026

En passant également, j’admire le grand planétarium de Nagoya.

IMG_4027

IMG_4029

Là aussi, la salle de concert n’était pas facile à trouver. Elle est situé dans un centre commercial au 8ème étage au milieu d’un tas d’immeuble. J’étais obligé de demander à un gardien de parking qui m’a conduit gentiment jusqu’à l’entrée de l’immeuble.

Encore une fois, le concert était magique. J’avais ma fameuse place acheté 3000 yens et j’étais pas déçu. J’étais avec un groupe de fan qui mettait le feu dans la fosse et plus on connait le concert, plus il se bonifie. Et là c’est bien le cas. Elsy s’est laissé convaincre et a acheté une place pour le concert. C’est vrai le matin il y avait aussi les Morning à Nagoya, mais bon quand même. Après le concert, Je laisse Elsy à la gare Shinkansen, lui rentre à Tokyo en 2 heures (riche !). Moi, c’est bus de nuit départ à 23h15 jusqu’à Tokyo arrivée à 5h30.

Lundi 9 septembre

Je débarque dans l’appartement à 6h15 pour réveiller mes colocataires Antoine et Elsy pour qu’ils partent au Budokan pour les goodies. Très fatigué du bus, les jambes cassés, je suis pas très motivé à les suivre. Finalement, ils mettent du temps a immerger, j’ai le temps de me reposer, de prendre une douche, à 8h on est parti.

Le Budokan est bien décoré.IMG_4040

Il est 8h30 et il y a déjà une bonne petite file.IMG_4041

On attend, les stands ouvrent assez tôt et finalement ça va assez vite. Il reste à récupérer un ticket de handshake pour les Juice Juice mais là comme le single sort le 11, il faut faire une réservation et on pense que le CD est envoyé par la poste en lisant le papier à remplir. N’ayant pas l’adresse de l’appartement on laisse tomber. En fait en relisant plus tard on se rend compte qu’on aurait pu le récupérer sur place le lendemain. Finalement on a une grosse coupure on revient donc à l’appartement pour se reposer un peu avant le concert prévu pour 18h30. Le concert était formidable avec des guests formidables. Je reviendrais dessus avec un live report complet des deux concerts.

Mardi 10 septembre

C’est le jour des °c-ute. Le fameux °c-ute no hi, le grand événement. Je prends les photos du jour de l’événement.

IMG_4069

Là encore, le concert était bien bien. après ça, avec Fuku et ses amis on est allé dans un izakaya pour fêter ça. Il était rempli de fans, les « Kyuto saikou » ou les « Otsukare raisu » raisonnaient dans la pièce.

IMG_4060

Je suis épuisé mais sans aucun doute c’est la meilleure journée.

Mercredi 11 septembre

A 5h du matin, mes colocataires m’abandonnent pour retourner vers notre France. Le travail les appelle. J’essaye de récupérer un peu de la journée d’hier mais il y a un grand événement, les Juice=Juice sortent ce jour-là leur single au Sunshine à Ikebukuro au même endroit que les popop la semaine d’avant. Il y a une distribution des tickets à 9h pour un live à 17h30. J’arrive juste avant l’ouverture pour la distribution mais il y a déjà une énorme queue et je ne peux récupérer qu’un ticket pour le handshake mais pas pour live. Il permet d’avoir une place dans un endroit réservé près de la scène. Mais c’est pas grave, même sans ticket on peut se mettre à l’étage et voir très bien le live. A 12h, je retrouve un nouveau compère Albatruc pour principalement récupérer ma place pour une pièce de théâtre qu’il m’a réservé et aller voir les Juice=Juice. A 17h30, commence le mini live. On est placé au 2ème étage, assez bonne vue. Elles sont bien les juice=Juice. Karin éblouit le sunshine malgré son problème de pied.

Il y a beaucoup de presse et les interviews durent longtemps. J’ai la pièce de théâtre à 19h. Je retrouve fuku et je lui dit de prendre mon ticket de handshake, j’aurais pas le temps de passer. Il va voir le staff et explique la situation et finalement je ne suis pas le seul. Et il me dit que c’est bientôt fini et qu’ils vont nous faire passer en premier pour qu’on puisse aller à la pièce. Le détail rigolo est que le staff ne parlait pas anglais et donc fuku essayait de traduire pour m’expliquer. Mais je sentais le gars de la sécurité très gêné de ne pas pouvoir m’expliquer. 5 minutes plus tard, il va chercher un autre gars de la sécurité qui devait mieux parler anglais. Mais c’était une catastrophe. Juste pour me dire « please wait ». Il lui a fallu 5 bafouillements et 5 hésitations pour que je comprenne. C’était un jeune, je le sentais transpirer. Pour le handshake, je les remercie et je les félicite pour le single très rapidement. J’enchaine direct avec la pièce de théâtre.

La pièce de théâtre est Warera Jeanne. La pièce est sur la vie de Jeanne d’arc avec les groupes S/Mileage et les Berryz Koubou. Je reviendrais dessus aussi avec un report.

Jeudi 12 septembre

Journée de repos enfin plutôt je ne me lève plus au aurore. L’après midi tranquillement avec Albatruc et un nouveau compère Jérome on s’est donné rendez-vous pour aller voir Capatin Harlock en 3D. Voici l’un des trailers avec les sous-titres anglais:

Le film est vraiment bien animé. Il est beau. J’ai trouvé que la 3D rendait bien mais le souci est que on a rien compris. On pensait qu’il n’y aurait pas beaucoup de dialogues et beaucoup d’actions mais pas du tout. Le scénario n’est pas simple et il y a beaucoup de rebondissement où on a rien compris. Il faudrait vraiment le revoir avec les sous-titres. C’est marrant, je rechigne toujours à aller voir des films en France. Je ne vais presque jamais au cinéma car payer 10€ pour aller voir un film, je trouve ça hors de prix. Au Japon, on a payé 1800 yens + 400 yens de lunettes et supplément 3D. Ça fait environ 17€! (1 euro = 130 yens). Si si je vous jure. Il faut vraiment bien réfléchir avant d’aller au cinéma au Japon. C’était une première et peut-être la dernière. Je me suis dit ce film on le verra jamais en France et il fallait bien essayer. Mais franchement rien d’exceptionnel. la salle était petite et pas très confortable. On est loin des complexes qu’on a chez nous.

Voilà c’est tout. Les semaines à venir devrait être plus calme et j’aurais l’occasion de mettre se blog plus souvent à jour.

En terrain connu

En résumé, je suis arrivé à destination. Tout s’est bien passé, tout va bien.

Je vais vous parler aujourd’hui comment et dans quel condition j’ai voyagé. Des personnes m’ont demandé il y a pas très longtemps quand est ce qu’il faut prendre son billet d’avion, quelle est la meilleure période. Je sais que certains le prennent genre 8 mois avant, d’autres 6 mois avant. Je l’ai toujours pris 2 à 4 mois car je suis toujours long à me décider et je ne pars jamais sur des périodes scolaires, donc il y a de la place. Mais en comparant avec d’autres sur les prix, je vois qu’il n’y a pas vraiment de règle. Le fait de dire plus je le prends tôt, plus il est moins chère. C’est pas forcément vrai. Bien-sûr attendre vraiment la dernière minute, c’est de prendre un risque de payer très chère son billet surtout s’il y a beaucoup de demandes dans des périodes de l’année comme Juillet ou Août. Mais entre les deux, les prix varient selon plein de paramètres comme le taux de remplissage à l’instant t, le prix du kérosène, la concurrence, la loi de l’offre et de la demande… Cette année, l’un des scénarios pour partir que je visais était le mois de septembre j’ai commencé à y réfléchir en mai. Pour voir quand prendre mon billet d’avion, je me suis inscrit sur un site de comparateur de prix liligo qui permet entre autre de recevoir au quotidien les comparatifs sur des dates données et donc de pouvoir suivre l’évolution du prix du billet. Le prix varie à la baisse ou à la hausse chaque jour. J’ai quelques analyses comme une variation à la baisse générale toujours en fin de mois. Puis une net augmentation à chaque changement de mois. Très net entre mai et juin puis après à peine perceptible et qui m’a finalement convaincu de prendre mon billet fin juin. J’ai continué de suivre un peu au mois de juillet et le prix du billet était toujours stable. Ça reste qu’une interprétation. Car je suis sûr qu’aujourd’hui interpréter le cours du prix du billet d’avion c’est comme faire des prévisions sur les cours à la bourse, il y a une part énorme d’aléatoire pour le commun des mortels. Il reste les critères personnel sur le choix de tel ou tel compagnie qui sont difficilement discutable.

Comme vous l’avez remarqué mon critère principal est le prix. J’ai d’autres critères moins important comme l’aéroport, toujours éviter les aéroports parisiens car SNCF et RATP. Après, il y a la compagnie, je privilégie toujours les compagnies européennes ou japonaises. Cette année, en prolongeant le temps dans les escales, en retournant tous les comparateurs de prix, je suis tombé sur un très bon prix de 540€ sur le site ebookers, un prix défiant toute concurrence, très loin des 700€~800€ des autres compagnies et des prix que j’ai payé les années précédentes au mois d’avril 800~900€. Il y a des compromis pour arriver à ça. J’ai une escale 4h à l’aller et 12h au retour. Je prends des compagnies différentes pour le court et le long courrier : Hop! La compagnie low cost de Air France, jusqu’a Milan et Alitalia de Milan pour Tokyo. Mais heureusement c’est les mêmes compagnies à l’aller et au retour. Les principales problèmes est les deux enregistrements qu’on est obligé de faire  à Lyon et à Milan avec dépôts des bagages à chaque fois. Chose que je n’ai pas fait par exemple en prenant la compagnie Swissair l’année dernière à Genève.

Au final, l’attente à l’escale n’a pas été trop longue en regardant une émission d’idole sur le netbook, faire un tour de l’aéroport et manger une part de pizza (italia oblige).

IMG_3951Le service a bord de l’avion était vraiment bien. A l’aller c’était un tout petit avion de 50 places à hélice et sur Milan-Tokyo, un bel avion avec des écrans tactiles (première fois que je voyais ça) avec un large choix de film. Les écrans étaient pas très réactifs (c’était pas de l’Android ou du iOS derrière) mais ça marchait plutôt pas mal. Il y avait des jeux et de la musique. C’était bien.

Voilà, j’écris ces lignes et je suis tout mort par le décalage. A bientôt.

Bienvenue

Bienvenue à toi nouveau visiteur, visiteur occasionnel ou visiteur régulier de l’ancien blog. En résumé, tu peux retrouver sur ce blog mes rapports de voyages de 2009 avec mon départ pour l’Amérique du nord où je suis resté 6 mois. Après avoir atterri à Montréal, J’en ai profité pour visiter les États-Unis, fait le tour du Québec et ensuite traverser le Canada pour rejoindre Vancouver. Après cette longue, voir très longue traversée, j’ai franchi le pacifique pour rejoindre le Japon en 2010 où je suis resté 2 mois. Je suis retourné de nouveau au Japon en 2011 puis en 2012. Je m’apprête maintenant à retourner de nouveau là-bas pour donc la quatrième fois et j’espère vous raconter de nouvelles aventures.

Sinon, j’espère que la nouvelle décoration vous plait. J’ai passé un petit moment à la faire avec mes petites mains brouillonnes. Pour ceux qui se demande mais quelle est ce dessin et ce train dans cette bannière, le train est une ligne que j’ai pris l’année dernière pour aller à Matsushima et elle est décoré avec les dessins d’un célèbre mangaka japonais originaire de la région que j’ai découvert par la même occasion : shotaro ishinomori, ces œuvres ne sont pas très connu chez nous à part peut-être qu’il est à l’origine de la série Sankukai.