Les langues asiatiques

Après un petit retour à Tokyo, je repars pour Osaka. Osaka ne parle jamais à beaucoup du monde. On me dit souvent qu’il y a rien à voir dans la ville elle-même. Il faut bouger… J’entends souvent de la déception, le château est bof…, le port moche… Et pourtant cette ville a toujours son atmosphère particulière. Les gens sont différents. Ils ont un coté méditerranéens. C’est peut-être pour ça qu’ils serrent à droite dans l’escalator alors qu’ailleurs on serre à gauche. Les gens d’Osaka ont un coté chaleureux qu’il n’y a pas à Tokyo. C’est un avis que j’ai partagé encore une fois en arrivant.  Bon ok, sinon touriste de base qui lit ces phrase, Osaka est central pour aller à Nara, Kyoto et Kobe mais sinon il y a pas grand chose à voir. Voilà c’est dit. :p

J’atterris au centre d’Osaka dans un appartement d’étudiants et de voyageurs occasionnels pour 2 jours. Le japonais qui me reçoit est Toshi qui est cool et sympa. Il vit là. Il y a un grand salon et des chambres avec lits superposés de 2 ou 4 personnes. Il y a 8 personnes en tout. C’est bien c’est propre et il y a une bonne ambiance. C’est pas Versailles. Mais comparé à Tokyo, c’est beaucoup plus accueillant. Je suis dans une chambre de 2 avec une fille que je ne verrais jamais. Elle n’est là que pour dormir. Pourtant la chambre est un haut lieu d’exposition de produit de maquillage et d’habits. Ça sent bon.

IMG_5657

Il y a un étudiant coréen qui vit depuis 2 ans au Japon. Il y a aussi deux étudiantes Hongkongaises en vacances pour quelques jours. Dès ma première soirée, c’est bonne ambiance. On parle du Japon, de langues, de cultures et de politiques. Les choses bizarres qu’il y a au Japon mais pas dans nos pays respectifs. Il partage le même avis sur Osaka. Les gens d’Osaka sont plus directs. Ils utilisent moins de formule de politesse qu’à Tokyo.  On parle de la situation politique à Hong Kong. C’est intéressant. On sent que la contestation est légitime et ils n’aiment clairement pas les chinois. Mais ils ont du mal à voir une solution positive tellement le poids de la Chine est immense.  Leurs conclusions qui viennent très vites est qu’ils ne veulent pas rester dans leurs pays respectifs. Le Japon est attirant mais personne ne voudrais rester vivre ici non plus. Bref des gens qui ne savent pas ce qu’ils veulent un peu comme moi.

Sinon j’ai bougé et je ne suis pas resté que dans cet appartement, vous pensez bien. D’abord j’ai passé une demi journée à Nara. Je suis déjà allé à Nara pour mon premier voyage mais cette fois-ci, je voulais aller dans l’arrière pays. Il y a une petite montagne Wakakusayama. Elle est à environ 5km de la station. Comme souvent mon timing est juste, je décide d’aller là bas en courant. En profitant de la même occasion pour aller faire un tour dans les temples.

2014-11-21 09.18.37C’était vraiment sympa. Je suis arrivé juste avant le couché du soleil.

2014-11-13 16.34.18

2014-11-13 16.31.38

2014-11-13 16.39.13

Un jeune couple avec un photographe professionnel était là pour prendre leurs photos de mariage.

2014-11-13 16.47.15

Nara est connu pour ces 1500 cerfs apprivoisés qui errent dans la ville. Et bien même en haut de la montagne, il y a aussi des cerfs.

Désolé, j’ai pas pu m’empêcher.

2014-11-13 16.33.55

Le lendemain, je retrouve Elsy pour une visite de Kobe. On se retrouve à Shin-Kobe pour prendre un téléphérique pour rejoindre les hauteurs de Kobe.

IMG_5602

IMG_5642

C’était bien sympa. On a une belle vue de la baie d’Osaka et de Kobe et un jolie parc à visiter en descendant vers la gare.

Ensuite pour conclure une bonne visite, il faut un bon concert. On part cette fois pour Yamaguchi pour un concert des °C-ute, oui encore. Cette fois-ci, ce n’est pas l’immense salle du Budokan mais une petite salle qui peut contenir environ 300 personnes. Elles sont fortes. Elles peuvent enchaîner les grosses salles de plus de 10 000 places avec des petites salles de 300 places sans sourciller. On ne sera pas nombreux ce jour là et malgré qu’on est des numéros qui nous place loin derrière, on sera bien devant.  Elles nous verront bien. Le concert commence d’abord par des fous rires avec Maimai et Airi qui se sont trompés de chaussures. Elles échangent leurs chaussures. C’est bonne ambiance. Elles se prennent pas du tout la tête. Pour le reste le concert est une violence sans état d’âme. Des morceaux qui s’enchaînent les uns après les autres qui nous laisse sans bras et sans jambes. La petite anecdote sympa est sur le dernier MC final (traduire par la dernière bafouille). Maimi remercie bien tout le monde comme d’habitude et ensuite elle nous fixe. Elle dit que des gens viennent de loin pour les voir et nous demande directement d’où est ce qu’on vient (on est clairement les seules étrangers de la salle). Au début on comprends pas si elle nous parle directement. C’est pas du tout habituel. Je regarde autour de moi et je vois tous les japonais qui nous fixent. Un des japonais à coté me dit oui, c’est bien à toi qu’elle parle… On essaye de crier plusieurs fois « Furansu kara » ( de France). On voit Maimai qui dit à Chisa, t’as vu je te l’avais dit. Ah oui, on s’est bien fait repérer, elles ont parlé de nous…
A la fin du concert, il y a un serrage de paluche pour remercier le groupe. On est les premiers à sortir pour ne pas rater notre dernier train pour Osaka. C’est des grands sourires qui nous attend et des merci. Maimi défie la nature et nous offre une journée ensoleillé. Elle est célèbre habituellement comme étant une personne apportant la pluie.

Voilà c’est tout pour ce passage à Osaka. Je vous laisse avec Kashiniki Heaven que j’ai un peu beaucoup aimé en concert.

 A bientôt 😉

Mode concert : ON!

Désolé, je n’ai pas mise à jour ce blog depuis un petit moment. Je crois que c’est dû à la dose d’émotions pendant les concerts que j’ai reçu cette semaine. J’ai dû mal à m’en remettre. Heureusement, j’ai pris une journée de repos.

Depuis mon dernier message, je suis passé à Osaka pendant deux jours. J’ai simplement visité le centre névralgique de la ville. J’ai mangé la spécialité de la ville : des okonomiyaki.

64410022 64409987

Depuis que je suis ici, je trouve encore le Japon plus fantastique que l’année dernière. Je rencontre un nombre incalculable de personnes, toujours prêt à communiquer et à discuter. On aurait pu croire que depuis les derniers événements les gens auraient la tête à autre chose ou et qu’ils seraient plus renfermés mais il n’en est rien. Ils sont encore plus sympathiques.
Par exemple à ce restaurant d’Osaka, je m’installe à la table comme vous pouvez le voir et à un salaryman s’installe à coté. Il semble pas être du coin un peu comme moi. Il engage la conversation en anglais  avec les questions habituelles et il se trouve qu’il connaît bien la France. Forcément, moi toujours prêt à discuter et lui semblait un peu seul à Osaka, on a passé un moment ensemble. On a parlé de la France, du Japon et plein d’autres choses. On a rigolé sur beaucoup de clichés. Il semblait pas être dans la misère. Forcément, il travaille pour le gouvernement et fait des conférences sur l’énergie. Il est venu beaucoup de fois en France pour son travail. Il avait une conférence ce matin à Osaka et il a pris un peu de temps libre avant de rentrer sur Tokyo le lendemain. Comme d’habitude, j’ai toujours remarqué ça, les japonais n’aiment pas parlé de leur travail. Ils sont toujours très brefs sur ce sujet et ne s’étendent pas là dessus. En tout cas, après quelques bières, deux okonomiyaki et un saké frais qui me tenait à me faire goûter, je suis sorti bien plein! Il tenait à tout payer pour la soirée mais heureusement j’ai réussi à en payer une partie. Comme je lui disais, je n’aurais pas l’occasion de lui rendre.

Je me suis trouvé un petit hôtel dans un quartier qui craint. Enfin il craint à la hauteur du Japon. C’est à dire qu’il y a beaucoup de sans abris mais il reste là sans rien dire dans leur condition précaire. La chambre faisait 7m² et il y a un tatami avec le lit typiquement japonais et une télé encastré dans le mur et tout ça pour 1500 yens (14 € la nuit).

Voici la chambre en le capharnaüm:

64410637

Le lendemain, je suis allé à Yamaguchi qui est à 4 heures de train de Osaka pour une journée. Après être arrivé à la gare, j’ai marché pendant 30mn et je suis tombé sur une salle de concert avec des gens tout en rose. Je regarde dans ma poche et oh surprise, j’ai un ticket pour le concert des momusu (le groupe que je suis allé voir l’année dernière à la Japan Expo) qui va voir lieu dans quelques heures dans cette salle. Quel coïncidence! 😀 Un beau concert qui forcément n’a rien à voir avec celui vu en France. un peu comme une drogue quand on a vu un, on a envie d’en voir d’autres, je retourne ce weekend les voir à Tokyo.

Un petit Shinkansen dans lequel je suis monté, ils ont toujours autant la classe.

64410491

Ensuite, le samedi, j’ai retrouvé les jeunes mariés et la famille pour un pique-nique dans le parc de Yoyogi. Le temps que j’arrive à Tokyo, que je trouve l’auberge de jeunesse, que je reparte, que je les appelles, que je me perde et que je les retrouve j’ai manqué le pique-nique. :/
Heureusement ensuite, il y avait une soirée dans un bar dans la banlieue de Tokyo avec les anciens collègues de Robert. J’ai retrouvé d’ailleurs beaucoup de gens de Naeba. Là où j’étais skié l’année dernière et où travaillait Robert.
J’ai rencontré un ami de Taeko qui est originaire de la préfecture d’Iwate, L’une des régions touché par le tsunami. Il m’a raconté qu’il a perdu son oncle dans la catastrophe et que la maison de ses parents est totalement détruite. Il m’a montré des photos où voit des tas de débris et des voitures retournés. C’est étrange car tout le monde était attristé par son histoire mais lui gardait le sourire. Je me demandais comment il faisait et j’imaginais la même chose pour moi. Je pense qu’il voulait pas nous mettre mal à l’aise et garder sa dignité. Une belle leçon pour nous qui je suis sûr serait prêt à pleurer sur notre sort.

Ensuite les jours suivants, j’ai enchaîné les concerts jusqu’à aujourd’hui. Mon compatriote eva s’est joint à la partie. Plus on est de fou, plus on rit. 🙂 La meilleure chose à faire de toute manière cette semaine les japonais sont en vacances et il y a du monde partout, il est dur de circuler. Par exemple, des japonais m’ont raconté qu’ils ont fait 5 heures de queue au zoo de Ueno pour voir le panda que le japon a reçu récemment de la Chine. Ils ont bien du courage. Je suis bien mieux dans une salle de concert.

D’ailleurs pendant ces concerts, j’ai rencontré beaucoup de fans bien sympathiques et quelques copines aussi…

64410826 64410450 64410430

On a aussi passé une nuit au karaoke. C’était bien sympa.

Je suis actuellement logé à Asakusa dans une auberge de jeunesse où je vais rester jusqu’à la fin de mon voyage. Elle est très calme et il y a pas grand monde et beaucoup de japonais. J’ai rencontré quelques voyageurs canadiens et hollandais qui faisaient le tour d’Asie (Chine, Thailande, vietnam, Laos…) et comme le cycliste belge, ils tombent amoureux du Japon. Non, mais quelle idée aussi d’aller autre part qu’au Japon. :p
Je dis ça mais ça craint le Japon. Oublier ce pays. Il y a des gens qui vous parlent, c’est cher, vous avez le porte feuille qui demande qu’à s’ouvrir à tous les coins de rue. N’ayez pas l’idée de venir.

Pour le week end prochain, je repars en concert. C’était tellement bon que j’y retourne. o/ La semaine prochaine je referais mon mode touriste et visiter quelques endroits où j’ai pas mis les pieds.

@+!

Bons baisers du Japon

C’est l’histoire d’homme qui part faire le tour du Japon (日本).
Depuis sa tendre enfance, il connait ce pays et l’admire par sa culture ou plutôt sa sous culture sans vraiment penser aller là-bas ou même envisager apprendre la langue. Mais depuis un an maintenant, il a eu ce rêve de se dire  « un jour, j’irai là-bas ». Au départ, il prenait ce rêve comme un autre mais petit à petit ce rêve  restait là dans un coin de sa petite tête puis devenant une envie puis par un concours de circonstances, ce rêve devenait réalité. Il repensa à une phrase qu’un petit jeune pleins d’ambitions lui avait dit quand il était Angleterre : « vis tes rêves, ne rêve pas ta vie ». Une phrase simple mais qu’il l’avait marqué.  Un peu fou, un peu rêveur, voilà pourquoi cet homme parti loin pendant si longtemps.

Pourquoi je vous raconte ça…

Revenons à la réalité.

Suite à mon dernier message, j’ai enfin rencontré quelques personnes. C’est vrai, qu’à Hokkaido, toutes les auberges de jeunesse où je suis allé, étaient désespérément vide. Pas facile de nouer des contacts dans ces conditions.
Dans cette auberge situé dans une petite ville pas très loin de Sendai( (仙台), la plus belle auberge que j’ai vu pour l’instant, dans le pure style japonais. Accrochez vous pour seulement 2600円 (21 euros). Bien-sûr, les chambres sont des dortoirs que je dois partager avec une autre personne.

50776379 50776434 50776497

Là-bas, j’ai rencontré une suisse allemande Jessica qui étrangement a fait un parcours similaire au mien. Elle a quitté la suisse au mois de septembre comme moi. Elle a voyagé dans différents pays (Vietnam, Cambodge, Thaïlande) puis elle s’est posé en Australie où elle est resté chez un ami plusieurs mois. Ensuite elle a décidé de repartir et de visiter le Japon avant de retourner en Suisse fin mars. La différence est qu’elle est prof au collège et qu’elle est parti pour prendre des longues vacances.
On a discuté 5 minutes, échangé quelques phrases sans plus. Elle aussi allait à Nagano (長野市).

Le lendemain, je suis donc allé en direction de Nagano où a commencé les premières galères comme je m’y attendais en avoir plus souvent. Jusqu’à maintenant, pour me diriger, me loger ou trouver des endroits sympa à voir. J’allais dans les centres d’information pour touristes et je demandais de l’aide. Ils sont toujours aimable et ils parlent relativement bien anglais et me réservent une chambre pour moi.
A Nagano, la donne était différente. Il n’y a qu’une seule auberge de jeunesse et pas de possibilité de réserver depuis le centre d’information. J’ai dû donc appeler  depuis une cabine où j’ai eu au bout du fil une personne qui normalement parlait anglais mais qui débitaient des phrases incompréhensibles sans répondre à mes questions. Enfin de compte, j’ai décidé d’aller à l’auberge et que je verrais bien là-haut. Elle est situé à 1 km de la station de train. En chemin, qui je croise? Eh, oui, Jessica qui redescendait et qui m’explique que l’auberge est fermé et doit ouvrir à 16h. Voilà, ce que la personne au téléphone essayait de m’expliquer…
Quitte à attendre une heure, autant attendre à deux devant un bon petit café.
Vers 17h30, nous voilà de retour devant l’auberge mais qui reste toujours fermée. La galère…Après 15 minutes, enfin quelqu’un apparait pour nous ouvrir. Jessica ne parlant pas japonais, je baragouine mes quelques phrases. Je crois que le monsieur, nous demande d’attendre. On reste encore 15 minutes sans que personne ne vienne. On sonne de nouveau et un petit jeune, nous dit que l’auberge est fermée car les propriétaires sont allés prier, enfin c’est que j’ai cru comprendre. L’auberge est situé près d’un grand temple.

50777030 50777099 50777151

Nous voilà parti pour chercher un hôtel. On fait le tour et finalement on se trouve un ryokan.

50777241

Le budget double 4900円 (40 euros) mais c’est vrai qu’on aurait pu tomber sur pire. La chambre est dans le pure style japonais. La propriétaire nous a servi le thé en arrivant et surtout on a le droit au bain publique japonais chauffé avec de la roche volcanique. Très dur à supporter, le bain devait être à 40°c mais tellement bon quand on est dedans.

Ayant un peu près le même programme, nous voilà parti ensemble pour Matsumoto.

50777582 50777616
Et ensuite pour Nagoya (名古屋), une ville ultra moderne, le berceau de grande entreprise industriel japonaise comme Toyota.

50777992 50778089

On se trouve une auberge de jeunesse pas très loin de la gare avec une grande chambre recouvert de tatami à partager avec cinq personnes. J’étais parti pour rester seulement une nuit mais je me rends compte qu’il y a beaucoup de chose à voir, finalement je vais rester deux jours.

Le soir avec Jessica, on décide d’aller se trouver un petit restaurant classique qui propose des ramens (je commence à bien les connaitre). On passe un peu de temps pour visiter la ville. L’auberge de jeunesse où on a atterri a un règlement intérieur très strict sur les horaires: la salle de bain commune est ouverte que le soir, On ne peut pas rester dans la chambre entre 10h et 15h et surtout à 23h, l’auberge ferme. Après ce petit tour, on retourne à l’auberge en croyant arrivé à temps. Je regarde ma montre en arrivant devant l’auberge : 23h03 en pensant que c’est bon. Les rideaux sont tirés, l’auberge est fermé! Pas possible…à 3 minutes près. On tape à la porte, on essaye de trouver une autre entrée mais rien à faire. Elle est belle et bien fermée. Des voisins qui nous ont entendu comprennent notre problème et essayent de nous aider mais non rien à faire. Ils essayent même d’appeler. On est dehors jusqu’à 7h du matin, l’horaire d’ouverture du matin.
Que faire? se payer un autre hôtel? bof, je ne suis pas fan…
C’est là que je pense à un truc. Il y a une chose sur la longue liste du reste à faire au Japon : passer une nuit dans un karaoké. J’en parle à Jessica. Je lui explique qu’on sera dans une pièce avec des canapés où on peut dormir et pour s’occuper on peut chanter en rajoutant qu’il y a souvent des chansons anglophones. Elle est convaincue et nous voilà parti…
On trouve un karaoké où il est possible de louer une pièce de 1h à 8h pour seulement 1500円 (12 €) par personne avec boissons (non alcoolisées) à volonté. Parfait!
Les débuts sont un peu difficiles mais une fois lancé, c’est parti! Jusqu’à 3h du matin, on chante en majorité des chansons anglophones, de temps en temps, je chante des chansons en japonais (rock, générique animés et surtout des chansons d’idoles).

50778465

Après ça, Jessica a un moment de fatigue. Je continue à chanter tout seul, toutes mes musiques japonaises que j’adore. Surtout que le catalogue est vaste qui se consulte avec un touchpad où il y a des tas et des tas de menus (le top 50 sur les 10 dernières années mois par mois, des concerts, des clips, les statistiques sur les chansons…). Les débuts sont difficiles pour comprendre le fonctionnement mais après quelques essais, je deviens un vrai enfant devant ce jouet.
Je m’écroule à mon tour vers 5h.
Vers 7h, on retourne à l’auberge pour se coucher avant qu’on me réveille à 10h (pile) pour que je quitte la chambre.
Vous imaginez que la visite de Nagoya a été dur durant cette journée. Je suis allé visiter le musée Toyota et le château de Nagoya.

50779127 50779168 50779224 50779309

Le lendemain, nos chemins se séparent et je quitte Nagoya pour Osaka (大阪) où je suis actuellement dans une auberge de jeunesse classique.

Aujourd’hui, je suis allé visité le chateau et surtout le musée sur le plus grand auteur de manga : Tezuka Osamu (手塚 治).

50779442 50779511

Je fini par un dessin que m’a fait un japonais qui est étudiant en dessin qui m’a fait un portrait pour s’exercer pendant que j’écrivais ce message et qu’il m’a gentiment offert.

50779688

Aller, je vous laisse il est bien tard & à bientôt!